Dans les pas de Nietzsche Tome 1

Scénario : Mariru Harada
Dessin : Tsukasa Araki
Character design : Igura Sugimoto
Éditeur : Soleil
Date de sortie : 1er juin 2020
Genre : shôjô, philosophie, fantastique.

Le concept de surhomme n’est pas forcément à la portée de tout un chacun même si le dessin de Tsukasa Araki est engageant […] Pourtant, Mariru Harada génère un scénario intéressant reprenant les piliers d’un shôjô […[ offrant les romances triangulaires aux amateurs (amatrices serait plus juste) du genre tout en apportant une pointe de culture à nos lectures.

Présentation de l’éditeur :

La philosophie est-elle en mesure de trouver toutes les réponses aux questions des adolescents d’aujourd’hui ? Nietzsche peut-il aider une jeune fille au cœur brisé ?

Arisa est confrontée à un grave dilemme. En découvrant son petit copain et sa meilleure amie ensemble. Elle est partagée car elle trouve qu’ils sont bien assortis et elle leur souhaite tout le bonheur, mais elle éprouve aussi de la jalousie à leur égard. Elle formule alors le vœu de devenir plus sage et réfléchie. Le destin met alors sur son chemin un jeune homme venu l’aider et qui prétend être la réincarnation de Nietzsche.

danslesPasdeNietzscheT1_soleilprod

Mon avis :

Il semble de bon ton, depuis quelques années au moins, de revoir ses classiques de philosophie ; que ce soit par le biais de BD comme « Philocomix » aux éditions Rue de Sèvres, « Balades en philosophie » chez Delcourt ou encore grâce aux mangas.

L’année passée, c’est la maison d’édition Kurokawa qui revisitait, notamment, le célèbre ouvrage de Nietzsche « Ainsi parlait Zarathoustra » pour mieux comprendre sa philosophie. Fort de cette première rencontre avec l’érudit du XIXe siècle – hautement recommandé si vous ne connaissez pas le personnage – le lecteur pourra mieux appréhender les réflexions et les conseils de Nietzsche envers la jeune Arisa.

danslesPasdeNietzscheT1_soleilprod_scan

En effet, le concept de surhomme n’est pas forcément à la portée de tout un chacun et même si le dessin de Tsukasa Araki est engageant – bien que classique dans le registre des shôjô – pas toujours évident de saisir toute la portée des réflexions du philosophe présumé. Allez comprendre quelque-chose quand on vous explique l’éternel retour par le biais de ricochets dans l’eau… de quoi en perdre son latin, son japonais et son français !

Pourtant, Mariru Harada génère un scénario intéressant reprenant les piliers d’un shôjô avec une demoiselle (relativement en détresse, émotionnellement en tout cas) et des réincarnations de philosophes de l’âge d’or philosophique. Le côté intello énigmatique de Nietzsche, le beau et ténébreux Kierkegaard, … et d’autres promis dans les tomes à venir, ont de quoi faire tourner la tête de Arisa de bien des façons offrant les romances triangulaires aux amateurs (amatrices serait plus juste) du genre tout en apportant une pointe de culture à nos lectures.

 

Ainsi parla votre dévouée
ShayHlyn.

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :