Conan le barbare 2 – Les enfants de la Grande Mort Rouge

Scénario : Jason Aaron
Dessin : Mahmud A.Asrar, Gerardo Zaffino, Garry Brown
Éditeur : Panini comics
136 pages
Date de sortie :  9 juin 2020
Genre : Heroic fantasy


Lors vint Conan, le Cimmérien, à crinière noire, au regard sombre, portant haut le glaive, larron, pillard, égorgeur, aux gaietés débordantes, aux tristesses insondables, et sous le cuir brut de ses sandales, croulaient les trônes de la Terre.

 

Conan par Garry Brown

Résumé:

Le premier cycle des nouvelles aventures de Conan se conclut. Dans sa jeunesse, Conan est traqué par la Sorcière Rouge qui tente de lui prendre son sang afin de ramener sur terre le dieu de la Mort Razazel. Le Cimmérien est convaincu de tuer son ennemie lors de leur première rencontre. Mais il est aujourd’hui traqué par les serviteurs de la sorcière qui comptent bien poursuivre l’oeuvre de cette dernière.
Le scénariste Jason Aaron (Thor, Avengers) et les dessinateurs Mahmud Asrar (All-New All-Different Avengers, X-Men : Red) et Gerardo Zaffino (Karnak, The Saint) continuent de conter les aventures du plus grand héros d’heroic fantasy. Un spectaculaire voyage dans le passé et le présent de Conan. Cet album contient les épisodes Conan the Barbarian Vol. 3 (2019) 7 à 12.

Conan par mahmud asrar

 

 

Mon avis:

Lorsqu’en 2019 les inconditionnels du barbare Conan apprirent que Marvel comics avait récupéré les droits de leur idole, ils louèrent Crom et Mitra de les avoir exhaussés ! En effet, ni les publications parues chez Dark Horse, ni les aventures revisitées par des auteurs européens chez Glénat n’ont jamais atteint le niveau des récits de Roy Thomas et des dessins de John Buscema, Barry Smith, Alfredo Alcalá, Tony De Zuñiga et autres.

conan le barbare - marvel

Ce deuxième volume de la nouvelle série achève les publications de l’année et continue de présenter diverses aventures survenues lors de la vie du barbare, contant aussi, petit à petit, la longue machination ourdie par les enfants du titre qui mènera à la dramatique fin de Conan dont le sang doit servir à faire venir sur terre l’abominable démon Razazel. Les récits sont plus ou moins bons – deux sont remarquables (« Retour au pays » et « Par Crom ») – on peut juste regretter le manque de scènes dessinées sur certaines actions qui montrent l’obligation des artistes de limiter à une vingtaine de pages chaque publication. Cette « Vie et mort de Conan » reste cependant une très bonne histoire marquant avec succès le retour du héros de Robert E. Howard dans le giron de la « Maison des idées »

JR

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :