Le banquier du Reich – T1/2

Scénario :Pierre Boisserie et Philippe Guillaume.
Dessin : Cyrille Ternon..
Éditeur : Glénat.
56 pages.
Sortie : 26 février 2020.
Genre : histoire.

« Il ne sert à rien d’avoir des convictions si vous n’avez pas l’ambition de les voir réaliser »

page0003_1

On dit que l’argent n’a pas d’odeur. Même si certains ont du flair…

Février 1945, un autobus franchit les grilles du camp d’extermination de Flossenburg, en Haute-Bavière. À son bord, Hjalmar Schacht, 68 ans, ancien grand argentier du chancelier Adolf Hitler qu’il a porté au pouvoir. Comment cet homme, président à vie de la Reichsbank, qui par trois fois a sauvé l’Allemagne de la faillite, s’est-il retrouvé aux portes de la mort ? Était-il seulement un génie de la finance ou, comme ceux de son camp, un monstre froid, opportuniste et sans scrupule ? En deux volumes, Le Banquier du Reich raconte l’histoire de Hjalmar Schacht, de ses premiers coups d’éclat lors de la Grande Guerre à sa collaboration puis son opposition au nazisme, son procès par les Alliés et sa participation à la relance de pays émergents pendant la guerre froide. Un destin hors norme pour un personnage aussi brillant qu’ambigu et énigmatique, et qui reste, malgré ses parts d’ombre, l’un des plus grands économistes de tous les temps.

hitler_schacht

Mon avis.

Décidément, le 3e Reich est très à la mode dans le 9e art. Citons rapidement les récents Kersten médecin d’Himmler ou le frère de Goering pour s’en convaincre.
En feuilletant cet album, j’ai vite compris qu’il s’agissait d’un titre assez bavard à cause du nombre de phylactères au cm2 qu’on y trouve.
Le début de ce diptyque commence par un cours d’économie appliquée, une matière que seuls les banquiers ne trouveront pas rébarbative. J’ai presque été content de voir Hitler arriver à la page 30 pour enfin rentrer dans le vif du sujet. Ensuite, l’intérêt bancaire n’arrête pas de grimper. Il faut dire que le Shacht est un homme assez complexe, certainement très intelligent qui a voulu manipuler Hitler. Il pensait qu’en contrôlant le robinet à marks, il contrôlait tout mais là était certainement sa plus grosse erreur. « L’idéologie ne peut rien contre le pouvoir de l’argent » est certes d’actualité maintenant mais en 1939, ce fut tout autre chose. Un homme autoritaire, inflexible au franc-parler assez détonant dessiné avec brio par Cyrille Ternon. L’auteur se focalise surtout sur les nombreuses discussions entre les personnages, pour l’action on repassera mais ce n’est absolument pas le sujet de cette BD. A noter, le soin apporté aux décors architecturaux ou aux moyens de locomotion.
Donc une histoire très bien documentée, parfois un rien  didactique qui met en lumière une personnalité intrigante et intéressante.
Hjalmar_Schacht

Samba.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :