L’héritier d’Hitler.

Dessin : Jeff McComsey
Scénario : Anthony Del Col &Geoff Moore.
Éditeur : Paquet.
Sortie : 24 avril 2019
192 pages.
Genre : guerre,thriller.

«-Savez-vous combien de tentatives de meurtre ont déjà eu lieu contre der Führer ?
-Il y en a eu 23, que je sache.
-Et elles ont toutes échoué. »

l'heritier d'hitler rt

Le résumé.

Certains sont nés pour faire l’histoire. Dans les jours les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale, une espionne britannique découvre une rumeur : quand Adolf Hitler était en poste en France pendant la Première Guerre mondiale, il rencontra une française, et de cette union naquit un enfant. Armée de dossiers volés aux nazis, elle décide de retrouver ce fils caché et de le recruter pour une mission : rencontrer son père biologique et le tuer pour mettre fin à la plus grande menace de la guerre.

l'heritier

Mon avis.
Cette BD publiée originellement chez Image outre-Atlantique l’été dernier, part d’un postulat, d’une rumeur, Hitler aurait eu un fils avec une française pendant son passage dans les Flandres. C’est en effet une  » fake news »qui a longtemps circulé mais l’idée est séduisante pour réécrire l’histoire.
Je dois avouer que j’ai vite tiqué sur quelques scènes où notre Hitler Junior joue aux X-men dans une Kommandantur en dézinguant tout le personnel militaire. Mouais, question crédibilité, on repassera. En plus, il y a cette mademoiselle Brown qui semble passer d’un camp à l’autre avec une désinvolture assez stupéfiante. Elle qui se dit spécialiste d’Hitler et qui ne connaît même pas le nom de son médecin personnel. C’est pas très sérieux toute cette affaire et il vaut mieux prendre cette BD comme un divertissement à la sauce thriller historique pour l’apprécier. Car une fois que le scénario quitte la grande Histoire, il devient plus sympa à découvrir. La fin est nettement plus inattendue que le micmac du début et sauve un tant soit peu mon appréciation pour ce titre.
La colorisation monochrome apporte un plus avec son ambiance noire et glauque. Dommage que le dessin alterne le bon et le moins bon avec une variabilité assez notable. En plus les visages sont assez peu expressifs mais bon avec les nazis, c’est assez facile, ils sont imperturbablement furax ou froids.
Bref, à lire une seule fois comme divertissement pour s’amuser de l’histoire, les puristes seront donc avertis.

Samba.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :