La cité sans nom tome 3

La terre déchirée 

Auteure : Faith Erin Hicks
Éditeur : Rue de Sèvres
272 pages
Date de sortie : 13/02/2019
Genre : jeunesse, aventure

À l’heure où la mode est aux mangas pour nos jeunes, cet intermédiaire entre style asiatique et occidental permettra sans doute aux adolescents de (re)venir vers la mode des BD cartonnées grands formats

Présentation de l’éditeur :

La volonté de nos deux héros est mise à rude épreuve. Leur ruse sera-t-elle suffisante face à la soif de pouvoir d’Erzi et aux sombres desseins de Mura ? Une seule chose est sûre : ils sont le dernier espoir de la Cité sans Nom

Devenu général de Toutes-Lames après son coup d’État, Erzi détient également la formule du napatha, le feu destructeur des bâtisseurs de la Cité sans Nom. Le jeune homme en fait immédiatement usage contre l’armée yisun venue assiéger la Cité. Kaidu et Rate, impuissants face à cette démonstration de force, ont pourtant pris leur décision : quoi qu’il en coûte, ils arracheront la formule du napatha des mains d’Erzi. La tâche ne sera pas aisée, d’autant que l’énigmatique Mura se dresse sur leur chemin…

9782369813767_pg

Mon avis :

La guerre est là, aux portes de la cité sans nom. Un combat entre l’égoïsme du nouveau Général de Toutes Lames, Erzi, et le reste du monde qui ne demande que paix et prospérité.

C’est dans cette optique que nos héros, accompagnés de leurs proches, vont tout faire pour empêcher la cité de finir à feu et à sang. Tandis que le père de Kaidu part aux devants des troupes Yisun avec un moine, que la mère du jeune homme avec ses troupes marchent sur la ville : Kaidu et Rate sont bien décidé à s’emparer du secret du Napatha pour inverser la donne. Erzi ne doit pas gagner. Erzi doit être destitué de son nouveau titre !

9782369813767_p_3

C’est avec joie, et une certaine tristesse en me rappelant que ce tome est le dernier de la saga, que j’ai retrouvé ces personnages devenus si attachants au fil des deux premiers tomes (« Menace sur l’empire Dao » et « le secret du cœur de pierre »). Mais outre ce lien créé entre le lecteur et les protagonistes, une tension encore plus palpable. Les coups sont décuplés, les ruses et les batailles amorcées tant et si bien qu’on finit par souffrir avec Rate et Kaidu.

Des bleus sur le visage, des plaies profondes, … et pourtant, sans surprise : une happy End sans réelle effusion de sang. Mais néanmoins une belle aventure qui ravira plus d’un pré-adolescent. À l’heure où la mode est aux mangas pour nos jeunes, cet intermédiaire entre style asiatique et occidental permettra sans doute aux adolescents de (re)venir vers la mode des BD cartonnées grands formats qui trônent dans les bédéthèques de tous nos chroniqueurs.

À bientôt miss Faith Erin Hicks pour de nouvelles aventures

ShayHlyn

lacitesansnom_couv_t1

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :