No war T01

Auteur : Anthony Pastor
Éditeur : Casterman.
Sortie : 9 janvier 2019.
130 pages.
Genre : polar nordique.

« Vous ne vous rendez pas compte du ras-le-bol des gens, certains n’ont pas touché de salaire depuis des mois » et ce n’est pas un commentaire FB d’un gilet jaune. »

9782203158009_10

Le résumé.
Le Vukland s’enfonce dans une crise sans précédent. Les tensions intracommunautaires s’exacerbent autour du projet de barrage sur les terres sacrées du peuple KIVIK.
L’élection contestée du nouveau président n’arrange rien. La population de la capitale occupe la rue, la jeunesse en première ligne…

9782203158009_7
Mon avis.

Attention, si vous pensez avoir en main un one shot, vous faites une grosse erreur. En effet, Anthony Pastor s’est fixé un fameux challenge : sortir tous les 6 mois, 100 pages de No War pour 3,6,9…tomes. No War est avant tout un polar à la sauce nordique (on y retrouve d’ailleurs une jolie punk) mais aussi un miroir de notre société. Le lecteur y verra certainement des allusions à Trump, à la montée de l’extrême droite, aux conflits sociaux, à la défense de l’environnement etc.
Son univers est très dur, le Vukland est cadenassé entre 2 mondes quasi irréconciliables, l’un moderne, l’autre traditionnel, un colonisateur et l’autre colonisé. Une vraie poudrière prête à exploser. Et dans ce « joyeux bordel », un meurtre, bin oui sinon ce ne serait pas assez glauque.
Le rythme est élevé, nerveux, la tension omniprésente, une kyrielle de personnages nous est présenté. Difficile de juger de l’ensemble de cet œuvre tentaculaire sur un tome 1. Un tome 1 que je qualifierais de présentation ou d’introduction comme on le nomme habituellement.
Cependant, je pense que beaucoup seront décontenancés par le style graphique d’Anthony Pastor. On est assez loin de sa dernière BD au style plus réaliste « le sentier des reines ». Les cadrages sont excellents, le rythme y est c’est certain mais…pour un lecteur traditionnel ce « brut de décoffrage » sera un cap à franchir…ou pas.
Bref, une BD très ambitieuse (moi je dirais presque téméraire) qui devra trouver son public dans le lectorat d’un Bastien Vives par exemple, moins dans celui de Blake et Mortimer.

Samba.

2 commentaires sur “No war T01

Ajouter un commentaire

  1. C’est vrai que graphiquement c’est assez brut, mais c’est efficace et je vais me laisser tenter par ce polar nordique dont l’emplacement fictif est original !

    J'aime

  2. Ayé, j’ai réussi à le lire malgré un début où il a fallu que j’apprivoise le graphisme rude comme le climat du Vukland… mais le scénario intrigant a eu raison de moi et je suis allé au bout avec l’envie de lire bientôt la suite. (3,5/5)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :