RIP – tome 1 – je ne survivrai pas à la mort

Scénario : Gart’s
Dessin : Julien Monier
Éditeur : Petit à Petit
92 pages
Date de sortie :  septembre 2018
Genre : thriller


Vous pensiez avoir tout vu en matière de thriller poisseux ? Accrochez-vous, avec RIP, vous allez rentrer dans une nouvelle dimension.

 

rip t1_pl

Présentation de l’éditeur

Des gens meurent parfois dans l’indifférence générale. Ces gens qui n’ont pas de famille, pas d’entourage, pas d’ami. Ils vont parfois rester longtemps chez eux avant qu’on ne les découvre. Heureusement la société qui emploie Derrick et ses collègues est chargée de faire le ménage avant que toute la famille ne défile. Ce qu’ils découvrent n’est pas toujours beau à voir…

rip t1_e03

Mon avis

Pire que croque mort ou médecin légiste, le job de Derrick et de ses collègues est loin d’être une sinécure. Ils sont chargés de récupérer (piller ?) tous les objets de valeurs chez des personnes qui sont décédées dans la solitude et l’anonymat le plus total, afin d’en tirer profit lors de ventes aux enchères. Ils ne travaillent pas pour eux évidemment, ils ont un employeur peu recommandable. Ainsi, vêtus de combinaisons blanches, de masques et de gants, ils rentrent dans les maisons des morts oubliés plusieurs années, des suicidés que personne ne pleure, et dans tous les endroits qui sentent la mort. Ils nettoient tout et ne laissent en place que le mort. Ils n’ont le droit de rien prendre pour eux sauf quelques broutilles, produits ménagers, conserves … difficile de résister à la tentation quand on tombe sur des objets qui font rêver à des jours meilleurs !

La coupe est pleine pour Derrick et tout va changer le jour où ils s’attaquent à la maison d’une riche veuve dans laquelle croupissent deux cadavres depuis 5 ans et une superbe bague qui vaut un paquet de pognon. Il n’y aura pas que le novice Ahmed qui fera les frais de cette mission…

rip t1_e02

C’est bien glauque, hein ? Eh bien ça n’est rien à côté de l’histoire de Derrick racontée par lui-même. Boulot de merde, vie de merde, collègues de merde, à force de supporter l’insupportable, on finit par en perdre la raison et griller un fusible.

Cette histoire est pire que glauque, elle est poisseuse, crasseuse, morbide et dérangeante. Dérangeante parce que l’on côtoie la mort d’une façon réaliste, ce qui n’est jamais plaisant, et parce que l’on prend un plaisir coupable à suivre l’évolution de ce petit groupe de tordus dont on se demande comment ils vont se sortir de la situation merdique dans laquelle ils se trouvent.

A ce titre, le scénariste Gaet’s s’y prend très bien pour nous surprendre, nous étonner, nous dégoûter tout au long des 120 pages de cette histoire, jusqu’au dénouement inattendu.

rip t1_e01

Coté dessin, Julien Monier a trouvé le ton parfait pour rendre palpable la crasse et l’ambiance morbide. Il accentue le caractère immersif de la narration qui s’adresse directement au lecteur (la voix off de Derrick tutoie le lecteur) en usant de décors détaillés, de couleurs « sales » et de cadrages immersifs. Aussi, c’est souvent que je me suis surpris à faire des grimaces de dégoût en voyant certaines scènes. Côté efficacité, difficile de faire mieux !

Aussi excellent qu’il est glauque et crasseux, ce thriller macabre n’a pas fini de nous surprendre puisqu’il est annoncé sur 6 tomes, chaque volume se concentrant sur un des personnages et sa sombre destinée. Et comme on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, Gaet’s nous appâte bien comme il faut avec tout un flot de sympathiques interrogations à leur sujet.

Si les tomes suivants sont du même niveau, on a là une série qui trouvera son public et qui va rentrer dans les annales. Et il va falloir s’accommoder du côté amoral et dérangeant.

Loubrun

6 commentaires sur “RIP – tome 1 – je ne survivrai pas à la mort

Ajouter un commentaire

  1. Merci de m’avoir donné l’occasion de lire cette BD qui m’aurait échappé (car je n’avais pas été attiré par sa couv ! 🙄 😜)… ce qui aurait été dommage. Elle aurait pu d’ailleurs faire partie de la sélection SambaBD 2018 au même titre que Ramirez.
    Elle m’a un peu rappelé dans son ambiance crasseuse VilleVermine qui m’avait aussi marqué.
    Bref, comme tu le dis, une série à suivre… dont la chronique convaincante de Loubrun devrait éclairer les indécis ! 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :