Sauvage tome 4: Esmeralda

Scénario : Yann
Dessin : Félix Meynet
Éditeur : Casterman
46 pages
Date de sortie :  14 novembre 2018
Genre : Western


Que faisons-nous des prisonniers, mon Capitaine?

Vous avez entendu mes ordres!…Exécutez-les!

Présentation de l’éditeur

Après avoir réglé ses comptes avec le marquis de Trazegnies et vengé la mort de ses parents, Félix Sauvage vient d’accepter une mission des plus périlleuses : à la tête du 3e escadron de chasseurs d’Afrique, il doit gagner le Sinaloa pour en chasser le général juariste Corona. Mais il lui faudra pour cela franchir « L’Échine du diable », une crête montagneuse de la Cordillère occidentale. De son côté, Esmeralda, orpheline et sans attaches, est confiée aux bons soins d’austères carmélites qui éduquent les jeunes filles à coups de martinet. Son seul espoir : que Félix l’épouse ! Elle n’a pas oublié le geste de Félix qui, en refusant une friandise qu’elle lui offrait, s’est engagé selon une antique coutume aztèque. Elle considère désormais, que le cœur de Félix lui appartient !

001

Mon avis

Axé sur les personnages de Félix et Esmeralda, ce quatrième tome est de bonne augure pour la suite de la série. La violence est présente à chaque page: d’abord par le comportement du capitaine Félix de Castelbajac qui a perdu toute son innocence des premières aventures et n’hésite pas à exécuter des prisonniers ou mettre à feu et à sang un village ayant participé au massacre d’une compagnie française! Violence aussi parmi les orphelines du couvent où se trouve Esmeralda et qui lui mènent la vie rude, violence sadique des sœurs et de la mère supérieure et violence de la petite Esmeralda qui a le couteau facile…

002

Le contexte historique est intéressant et nous montre les « turcos », soldats algériens, qui accompagnent l’armée française; les conversations entre Félix et le lieutenant Fouad Bouheddi sous-entendent les événements qui auront lieu des années plus tard en Algérie. Bref un bon western sous le soleil mexicain qui nous laisse en attente de la conclusion au tome suivant … Et si Félix ne répond pas à l’amour de la jeune diablesse il risque de « tâter » de la navaja (couteau espagnol)

JR

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :