Angel Catbird T.1

MÉTAMORPHOSE

Scénario : Margaret Atwood
Dessin :Johnnie Christmas
Éditeur : Glénat
Sortie : 3 octobre 2018.
112 pages.
Genre : action, science-fiction, super-héros

Ce n’est pas le comics du siècle, loin s’en faut, mais il a de quoi rendre nostalgique des BD d’antan. Tout y est : le style graphique (un peu simpliste peut-être), l’humour, une jolie donzelle (tant qu’à faire), des gros matous, des vilains rats, … et puis voilà.

Présentation de l’éditeur :

La première BD de l’autrice de La Servante écarlate !

Par une nuit noire, un jeune ingénieur en génétique est accidentellement muté par sa propre expérience lorsque son ADN est fusionné avec celui d’un chat et d’un hibou ! Devenu une créature hybride, il peut désormais voler et voir dans le noir, mais a aussi une fâcheuse tendance à dormir le jour et à manger des souris ou des petits oiseaux vivants. Nouvelles aptitudes, nouvelles habitudes, pour le meilleur et pour le pire… comment va-t-il gérer cette soudaine transformation ?

Angel Catbird est la première bande dessinée scénarisée par la romancière Margaret Atwood ! L’autrice du chef-d’œuvre La Servante écarlate – qu’on a récemment découvert à travers l’adaptation remarquée en série TV The Handmaid’s Tale – joue de sa merveilleuse écriture avec les codes du comics pour nous livrer une aventure enlevée, pleine de rebondissements et d’humour, qui brosse des thématiques aussi vastes et profondes que le dépassement de soi, l’éthique scientifique, la tolérance et l’amour.

Sans titre 2

Mon avis :

Un scénario rondement ficelé, prêt à être mis sur petit écran, des personnages dignes des Wesen de la série TV « Grimm » et un style laissant penser aux anciens « spiderman » et autres comics des années 50/60. Il faut dire qu’à cette époque, notre maître d’œuvre, Margaret Atwood, était encore jeune et adorait dessiner.

Pour ne connaître d’elle que les séries « Handmaid’s Tale » et « Alias Grace », j’ai été surprise de la tournure des événements. Nous sommes face à un héros ayant attrapé de super-pouvoirs à l’instar de Peter Parker et son patron, au laboratoire génétique, n’est autre qu’un despote animorphe de la race des rongeurs, plus précisément un bon gros rat.

Autant dire que la nouvelle mutation de notre héros n’est pas sans poser problème. À lui seul, il réunit les deux pires ennemis des souris : un chat croisé avec un hibou. Houhouuu… commence alors la vraie bataille entre les forces du bien et du mal. Un peu – beaucoup – façon « entre chiens et chats », le film familial sortit il y a quelques années.

Sans titre 3

Cela étant, on sent un réel plaisir pour toute l’équipe à l’œuvre sur cet album. Margaret Atwood n’a rien à prouver au monde et c’est donc pour assouvir un rêve d’ado, couplé à une lecture éducative sur la préservation des chats et des oiseaux (soutenu par le gouvernement canadien) qu’elle s’est lancée dans cette aventure intéressante.

Ce n’est pas le comics du siècle, loin s’en faut, mais il a de quoi rendre nostalgique des BD d’antan. Tout y est : le style graphique (un peu simpliste peut-être), l’humour, une jolie donzelle (tant qu’à faire), des gros matous, des vilains rats, … et puis voilà.

Amateur des séries phares de l’auteure, ne vous attendez pas à une atmosphère rude, voire glauque. Fans de comics, vous pourriez vous amuser à essayer de découvrir de qui Margaret s’est inspirée pour cette histoire. Amis des animaux, ça peut toujours faire plaisir.

À la revoyure.

ShayHlyn.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :