Les oubliés de Prémontré.

Scénario : Stéphane Piatzsek.
Dessin : Jean-Denis Pendanx
Editeur : Futuropolis.
104 pages.
Sortie : mai 2018.
Genre : drame.

«  Si tu veux bosser ici, il va falloir t’habituer à la mort, mon garçon. »

les oubliés de prémontré
Le résumé.
En septembre 1914, l’asile de Prémontré, dans l’Aisne, près de Soissons, abrite quelque 1300 malades. Des aliénés, des fous, des « zinzins », comme les appelle le gardien-chef Loisel. L’armée prussienne, avec à sa tête le colonel Von Stauffenberg, qui se dirige à marche forcée vers Paris, est en vue. Le directeur se fait la malle, promptement suivi du médecin-chef adjoint et de quelques autres, abandonnant les malades à l’envahisseur. André Letombe, l’économe en fin de carrière, quelques gardiens et religieuses refusent de quitter leur poste. Avec les fous, ce sont les oubliés de Prémontré

Premontre-3_600PX

Mon avis.
On commence la lecture par la présentation des lieux, l’asile de Prémontré. Une institution visiblement, un endroit étonnant où on pourrait presque dire que les fous, pardon les malades mènent une vie de château vu la grandeur des lieux. Mais la date d’août 1914 n’augure rien de bon et comme on disait auparavant, les boches arrivent !
L’ambiance instaurée par l’auteur de Tsunami et du maître des crocodiles semble irréelle. Il fait chaud, le soleil est radieux, ce qui est en déséquilibre total avec la folie des hommes à venir. Une impression de rêve éveillé se fait sentir sublimé par la beauté des aquarelles de Pendanx.
premontre2
Dans toute cette démence, un drôle d’aliéniste et un drôle d’économe feront de leur mieux pour garder le bateau à flot. Des personnages forts qui donnent envie de lire pour connaitre leur destinée. Ici, pas de divagation pour le contexte historique mais bien un peu de fiction pour les protagonistes quoique le nom de Letombe résonne encore dans les murs de cette maison. On a aussi pour agrémenter le scénario, un semblant de « mauvais genre ».


Bref, presque un sans-faute pour cette BD prenante mais j’aurais aimé ressentir de l’indignation à la fin du parcours, ici, je suis seulement contemplatif d’une tragédie humaine. En tout cas, les vrais déments en 1914 n’étaient certainement pas internés à l’asile du Prémontré !
Samba.

2 commentaires sur “Les oubliés de Prémontré.

Ajouter un commentaire

  1. Pas encore lu, mais je compte bien le faire prochainement. Par contre, jeune fille, j’ai mangé pendant 2 mois à la cantine de l’asile de prémontré au milieu des patients les moins atteints quand je travaillais à la perception d’Anizy le Château (un bled proche) qui gérait les comptes de l’établissement. C’était une drôle d’expérience. Je ne peux pas dire que j’étais à l’aise là-dedans.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :