Anthologie Doggybags

Scénario : Hasteda, Run, Ducoudray, Giugiaro
Dessin : Gasparutto, Mëgaboy, Bablet, Amoretti, Run, Singelin
Editeur : Ankama – collection Label 619
Genre : comics d’horreur et de violence
Sortie le 9 mars 2018


Plus brutal qu’un coup de fusil à pompe en pleine tête et plus vicieux qu’un arrachage de dent à la pince-monseigneur…

Présentation de l’éditeur :

Dix histoires de la série, plébiscitées par les lecteurs. Plus brutal qu’un coup de fusil à pompe en pleine tête et plus vicieux qu’un arrachage de dent à la pince-monseigneur, DoggyBags est un hommage aux pulps et aux comics d’horreur des années 50 qui ne fait pas dans la dentelle : les chromes rugissent, les calibres crachent et l’hémoglobine coule à flots dans la joie et la mauvaise humeur. Sortez vos p’tits sacs pour toutous, parce qu’il va y avoir de la viande en rab !

 

doggy 002

Mon avis :

Il est certain que les auteurs du Label 619 connaissent par cœur les comics américains du Silver Age publiés par DC comics ou Charlton comics entre autres. Tout y est : une histoire glauque d’horreur au « twist » final surprenant, des pages publicitaires débiles (j’ai toujours été surpris par les annonces contenues dans les comics qui proposaient des carabines Winchester aux mômes) ou encore des fiches explicatives sur les monstres cités et leur mythologie. Doggybags est noté comme « parodie » sur divers sites ce qui me semble faux, il s’agit plutôt d’un hommage prononcé (bien que souvent très « trash ») aux dits comics des années 50 et 60.

doggy 001.jpgCependant, si certaines histoires présentées dans cette anthologie sont assez jouissives et correspondent parfaitement au Golden Age, celles traitant de monstres comme    WintekowaLupus ou The Border et son fameux « Chupacabras » par exemple, d’autres très violentes traitent de sujets plus conformes à notre réalité ! Je pense surtout à Mort ou Vif et ma préférée Dia de Muertos. D’autres récits de cet album sont plus noirs et laissent un sentiment de mal être à cause de leurs propos où de l’actualité à laquelle ils se réfèrent. Death of a Nation en est un exemple ou encore les très malsains Welcome home Johnny ou Times Square que je me refuse à cautionner.

doggy 003.jpg

Si les histoires choisies ici sont d’un très bon niveau narratif, il est malheureux de constater que la qualité du dessin n’est pas à la hauteur. Seuls RunJérémie Gasparutto ou encore François Amoretti tirent leur épingle du jeu. Mais l’album reste plus que bon dans l’ensemble et plaira aux amateurs de sensations fortes à l’estomac bien accroché.

JR 

 

Un commentaire sur “Anthologie Doggybags

Ajouter un commentaire

  1. Je découvre les Doggybags avec cette anthologie ! Comme quoi le recueil est utile 😁 du coup je compte bien me procurer la série ! J’ai adoré l’ambiance qui se dégage de ces histoires. Excellent !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :