Lincoln – tome 9 – Ni dieu, ni maître

81CrqysbUmL
Scénario : Olivier Jouvray
Dessin : Jérôme Jouray
Editeur : Paquet
Genre : Humour – 48 pages
Sortie décembre 2017


Présentation de l’éditeur :

Lincoln est depuis quelques mois dans son trou, l’herbe a repoussé et c’est Dieu qui vient le sortir de sa tombe. Lincoln était bien au chaud, se foutait de tout, dans une espèce de sommeil prolongé, ne désirant plus remonter à la surface. Dieu ne l’entend pas de cette oreille et veut l’obliger à se bouger le cul.
Mais Lincoln veut rentrer chez lui et demande à Dieu de le téléporter comme le Diable l’avait fait dans un précédent album. Comme Dieu ne veut pas, Lincoln doit se démerder seul. Ayant trouvé un bateau pour faire le voyage de retour, il rencontre des gens très engagés politiquement du coté des anarchistes. Séduit par l’idée anarchiste puisqu’elle affirme haut et fort  « Ni Dieu, ni maître » et arrivé à New York, il va rejoindre le mouvement et probablement passer du coté des ultras qui fomentent des attentats. Sauf que très vite, repéré par la police et risquant la prison, pour ses camarades, il sera un martyr s’il est emprisonné, son procès sera une belle caisse de résonance pour les idées anarchistes. Mais Lincoln ne veut pas retourner en tôle et s’enfuit. Il doit disparaître aux yeux de la police et des anarchistes… Bref, il est encore dedans, jusqu’au cou…

81qa1t+OEYL

Mon avis :

Ni Dieu, Ni maître, telle est la devise de ce cher Lincoln. Lui, qui aspire à la tranquillité, en quelque sorte, est dérangé à plus d’une reprise… et cela, même dans son sommeil sous terre, où il se repose. Traîné de force hors de sa pierre tombale, son voyage le mènera dans un premier temps à Paris, la ville lumière, pour une rencontre des plus surprenantes. Se liant d’amitié avec un rital ivrogne, aux allures révolutionnaires, tous deux se rendent en Italie, avec des projets plein la tête.

La mauvaise répartition des richesses mixée à la misère éternelle vont pousser nos deux gaillards à revendiquer leurs droits. Toutefois, c’est sans compter sur le système mis en place par une élite ultra-organisée. Leur tâche clandestine s’annonce complexe de bout en bout. S’attaquer aux anarchistes, aux diplomates, voire même au « Klu Klux Klan », conduira finalement Lincoln à intégrer un groupe de pacifistes nudistes « peace & love », suite aux conseils éloquents d’une fille de joie raffinée…

Ce titre Ni Dieu, Ni Maître, porte parfaitement son nom. Lincoln ne rend de comptes qu’à sa petite personne, comme bon nombre d’humains, il va sans dire.

La qualité graphique fidèle à elle-même repose sur un trait enfantin qui rappelle indéniablement le dessin animé Pic Pic & André. Sans réelle surprise, le découpage est constitué d’une série de vignettes agencées de manière orthodoxe et redondante. L’album affiche un certain intérêt graphique par le contraste de couleurs, pleine page d’un même coloris, tantôt rougeâtre, tantôt verdâtre. Un résultat qui donne de la présence et de la vie aux différents protagonistes du récit.

L’humour présent, naïf la plupart du temps, arpente toutefois quelques moments de génie. Un scénario qui en somme tient sur un fil en équilibre mais qui réjouira les lecteurs, n’ayant ni Dieu, ni Maître…


Coq de Combat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :