Bjorn le Morphir – tome 7 – La revanche du Morphir

Scénario : Thomas Lavachery et Thomas Gilbert
Dessin : Thomas Gilbert
Éditeur : Rue de Sèvres
74 pages – cartonné
Parution : 07 mars 2018
Héroïc fantasy – aventures


Présentation :

Une nouvelle aventure de Bjorn le Morphir !

Bjorn le morphir aurait-il perdu ses pouvoirs ? L’expédition en territoire gol a tourné au désastre et Bjorn s’est enrôlé, contraint et forcé, dans l’armée de Batachikhan, le nouveau maître des steppes. Côtoyer le seigneur de guerre n’est pas sans risque. L’homme a l’esprit tortueux, un cœur d’acier, une main de fer. Malheur à celui qui a l’heur de lui déplaire ! Dans le sillage du conquérant, Bjorn prend du galon, apprend l’art de la guerre et de la stratégie militaire. Entre deux combats, il devient même père en adoptant une fillette trouvée dans le désert. Le Fizzland paraît soudain bien loin… Qu’attend Bjorn pour délivrer son peuple et revoir sa chère Sigrid ? Qu’attend-t-il pour redevenir un morphir ?

2-thumb-175

Mon avis :

Romans de Thomas Lavachery, saga mythologico-scandinave :  pas moins de 7 tomes de Bjorn le Morphir ont été publiés sur plusieurs cycles entre 2004 et 2012. Fort de son succès, en 2009, l’École des Loisirs s’est associée avec les éditions Casterman pour adapter la série en bande dessinée avec la participation de Thomas Gilbert au dessin et au scénario. Fin de l’aventure en 2013, après quatre albums.

1644017308-3

Mars 2015, la saga reprend après un changement d’éditeur : le pôle BD de l’Ecole des loisirs, Rue de Sèvres, effectue un lifting de la maquette, change le format et republie le premier cycle en passant de quatre tomes à trois sous de nouvelles couvertures. Le pari est réussi. La série y gagne en cohérence et en lisibilité, les jeunes lecteurs sont au rendez-vous.

5-thumb-93

Si nous, lecteurs, sommes habitués aux contenus récurrents des récits d’héroïc-fantasy, cette série qui reste fidèle à la dimension épique d’un genre convenu ne nous surprend guère. Entre épreuves et rebondissements, quelques touches d’humour et un canevas amoureux, le récit progresse sans répit. La ligne fine du trait et une colorisation réussie donnent au graphisme le dynamisme essentiel à cette adaptation plutôt réussie. Le succès semble assuré auprès des jeunes lecteurs qui ont souvent découvert la série via le monde scolaire : lectures conseillées, mises à disposition des livres en bibliothèques, animations en classe par l’auteur lui-même.

 

Skippy

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :