Fortune de mer

Auteurs : Clément Belin et Costès.
Editeur : Futuropolis.
Sortie : 12 avril
120 pages.
Genre : docu-fiction.

 « Salut, j’y vais, tu n’oublieras pas de faire du café et de ne pas mettre de la gomme partout. »

 3347672499

Le résumé.
La Bourdon est un remorqueur d’assistance et de sauvetage en haute mer surpuissant. La Bourdon, dont l’équipage est composé de marins de la marine marchande, a été affrétée par l’État français pour assurer la sécurité du rail d’Ouessant. C’est le dernier espoir des navires en perdition au large de la pointe bretonne. Il existe d’autres unités de remorquage, à Boulogne-sur-Mer, à Toulon, mais pour tout le monde le sauvetage en mer, c’est la Bourdon, le fameux Saint-Bernard des mers ! Cette réputation, on la doit sans doute aussi à la personnalité charismatique de son commandant, Jean-Charles Bulros, qui a à son actif le sauvetage de centaines de cargos en perdition. Jonathan, jeune lieutenant venu de Marseille, arrive à Brest pour prendre son poste sur la Bourdon.

belin,costes,futuropolis,fortune de mer,docu-fiction

 

Mon avis.
Je me suis engagé dans la marine le jour où mon père m’a appris que j’étais sur terre pour travailler. C’est vrai que la vie sur un remorqueur peut parfois semblé un peu morne et monotone mais gare à la tempête qui arrive. En plus, le remorqueur semble connu (La bourdon) et commandée par une forte personnalité (perso, inconnu au bataillon jusqu’à hier où j’ai regardé un reportage sur le naufrage de l’Amoco Cadiz avec une visite l’abeille Bourdon, pas mal comme coïncidence ). C’est dans ce milieu carrément hostile que notre brave lieutenant va faire ses armes et apprendre que quand les mouettes ont pied, il est de temps de virer. Et que ciel de traîne, rime avec néoprène. Nous voilà donc embarqué dans une immersion profonde du quotidien de ce bateau atypique. Les auteurs sont deux marins confirmés et cela se récent par de nombreux termes techniques typiques du milieu maritime. Pour les bleus, accrochez-vous au bastingage car c’est souvent ardu comme dialogue. D’ ailleurs, je recommande plutôt cette lecture aux personnes dont la passion se rapproche de cet élément liquide, les autres risquent de faire naufrage.
Pour illustrer cette croisière en eaux agitées, on a droit à un dessin très détaillé des navires et de leur accastillage accompagné d’une colorisation très vaporeuse. Les personnages assez « gros nez » sont assez typés mais manque parfois d’expressivité. Ce n’est pas trop grave car les 1/2 du temps, ils tirent la gueule, les marins seraient-ils de vieux bourrus ?
Il n’empêche que les lois maritimes se révèlent être un gros sac de nœuds. C’est assez hallucinant d’ailleurs que ce ne soit pas plus réglementé, on est plus au temps des pirates mais on a encore de fameux cow-boys sur les mers. Bon en espérant qu’ils respectent au moins cette loi « mieux vaut flotter sans grâce que couler en beauté ».

belin,costes,futuropolis,fortune de mer,docu-fiction

 

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Un commentaire sur “Fortune de mer

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :