Last Man Stories

Scénariste : Bastien Vivès
Dessinateurs : Bastien Vivès & Leveillé Bacci
Éditeur : Casterman
200 pages – noir & blanc
Sortie : le 24 janvier 2018
Genre : Polar


Avis de l’éditeur

Quinze ans avant les événements de «Last Man», alors que le jeune Richard Aldana est une star au sommet de sa gloire et un mari volage, Milo Zotis, parrain de la mafia locale, s’apprête à inonder la ville de sector, une dangereuse drogue expérimentale. H, un flic infiltré, et le Corbeau, un justicier masqué aux méthodes extrêmes, tentent de l’en empêcher.

686250039

Mon avis

Amateurs de polars ultra-violents où les plus grands caïds, les gens de la rue et autres drogués pullulent, ce manga vous est destiné! Ici, vous ne rencontrerez pas de réel gentil, tout à fait obsolète à l’heure du polar moderne. Par contre, vous parcourez ce scénario déjanté avec la graine de voyous en tout genre : du flic patibulaire, aux bimbos ravageuses, et autres tatoués prêts à découdre.

Une fois tous ces individus plus que sympathiques mis sur l’échiquier, la danse peut démarrer. La force du récit réside par son second degré, que l’on peut retrouver par exemple dans une série Comics mythique : 100 Bullets. Soyons clairs, on ne peut toutefois pas comparer sur le même plan d’égalité les deux séries. 100 Bullets étant un chef-d’œuvre, difficile de lui mettre des battons dans les roues. Toutefois, Last Man Stories, qui se déroule 15 ans avant les événements de Last Man, reprend une boulimie d’éléments, qui indépendamment ne valent pas grand chose, mais une fois réunis tiennent réellement la cadence.

La ville de Paxtown regorge d’individus sauvages. Et pour l’occasion, la grande finale du Violent Ball fait rage. Les joueuses toutes aussi affriolantes que droguées, vont s’en mettre plein la tronche. Les bookmakers se frottent déjà les mains. Entre règlements de comptes, poules de luxe, et toxicos à la petite semaine, bienvenue dans ce bled vivement conseillé pour vos prochaines vacances. Au moins, vous aurez quelque chose à raconter qui sort du traditionnel !

Le duo Vivès et Bacci s’en donnent à cœur joie. Pour notre plus grand plaisir. Un découpage, on ne peut plus rudimentaire, mais qui respecte le message à transmettre : aller au plus simple et nous en mettre plein les gencives.

Ce type de lecture plaira aux amateurs du genre, qui deviennent à notre époque de plus en plus nombreux. La série B, pour de nombreux lecteurs ou de cinéphiles est un répertoire à part entière. Certains même avoueront davantage prendre leur pied que pour des grosses productions ou des livres vivement conseillés.

La marque de fabrique utile et indispensable d’une série B, consiste à tenir le lecteur ou le spectateur en haleine le plus longtemps possible, avec le minimum de temps morts envisageable. Last Man Stories contribue à cela, de manière inintérrompue. Si bien, qu’au final, on en redemande.

9782203121966_4


 Coq de Combat

 last man stories,bacci,vivès,casterman,810,polar,012018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :