Klimt – Judith et Holopherne

Scénario : Jean-Luc Cornette
Dessin : Marc-Rénier
Éditeur : Glénat
46 pages
Date de sortie :  novembre 2017
Genre : biographie romancée


« A chaque époque son art, à chaque art sa liberté »

klimt_pl

Présentation de l’éditeur

Vienne, 1907. Gustav Klimt se rend dans la demeure des Bloch-Bauer. Ce couple de la haute-bourgeoisie viennoise et le peintre semblent partager une profonde amitié. Il faut dire que six ans plus tôt, alors que le scandale de son tableau La Médecine lui mettait à dos les trois-quarts des professeurs de l’université de Vienne, Adèle et Ferdinand Bloch-Bauer étaient parmi les seuls à reconnaître son génie. Visitant son atelier, partageant son quotidien, ils étaient peu à peu devenus amis. Aujourd’hui, Ferdinand lui demande l’honneur de réaliser un portrait de sa femme. Flatté et reconnaissant, Klimt promet de la recouvrir d’or… littéralement.

klimt e01

Mon avis

« A chaque époque son art, à chaque art sa liberté« . C’est avec ces mots inscrits sur le palais de la Sécession de Vienne que débute ce récit sur 7 ans de la vie de Gustav Klimt. Intégrant la collection Les Grands Peintres de chez Glénat qui compte déjà 18 albums, Jean-Luc Cornette à choisi le peintre symboliste Autrichien connu surtout pour son tableau que l’on surnomme la Joconde Autrichienne.

C’est précisément l’histoire de la création de se tableau qui est nous contée ici. Les auteurs nous font pénétrer dans l’intimité du maitre en nous invitant dans son atelier à la rencontre de la création et de ses modèles, et nous dévoilant ses rêves et cauchemar, parfois sources de créativité.

Le génie artistique subversif de Klimt est vraiment bien rendu et Jean-luc Cornette à réussit à donner de la consistance à ces personnages de la Bourgeoisie Autrichienne de ce début de XXè siècle.

klimt e02

Marc-Renier anime de fort belle manière ce récit et rend très expressif le peintre, quelle que soit son humeur, reflétant parfaitement ses traits de caractère. La mise en couleur est assez réussie également utilisant des tonalités douces et changeantes selon les lieux, comme ces tons ocres/dorés pour l’atelier, comme un rappel à cet or omniprésent sur le tableau du portrait d’Adèle Bloch-bauer.

Voilà un récit qui ouvre les portes du monde de l’Art nouveau de manière intéressante et bien documenté.

Loubrun

Un commentaire sur “Klimt – Judith et Holopherne

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :