Les grands peintres – tome 8 – Courbet

les grands peintres T8 courbet.jpgles grands peintres T8 courbet_PL.jpgScénario et dessin : Fabien Lacaf

Éditeur : Glénat

48 pages

date de sortie : novembre 2015

genre : biographie romancée, fiction historique, art

 

 

 

Présentation de l’éditeur

Paris, octobre 1866. En pleine mutation sous l’impulsion du baron Haussmann, la ville-lumière attire tout ce que le monde compte de génie de son époque. Un soir, lors de la première de l’opéra La Vie parisienne, une jeune femme est retrouvée morte égorgée. Entièrement nue, un chiffon sur le visage, les jambes écartées et le sexe en évidence, sa pose rappelle fort étrangement L’Origine du monde de Gustave Courbet. Exposé dans un secret tout relatif chez l’excentrique Khalil Bey, ce tableau fait depuis quelques temps parler de lui dans la capitale. Et alors que d’autres jeunes femmes sont retrouvées mortes dans les mêmes circonstances, la police entrevoit le véritable but du tueur : retrouver le modèle du tableau !

 

« Ah messieurs, quel plaisir de voir vos visages extasiés ! on dirait des enfants découvrant le mystère de la vie ! … »

 

Mon avis

Huitième opus d’une série qui s’évertue à rendre accessible à tous l’histoire de l’art. Avec un rythme de parution plus que soutenu puisque le tome 1 est sorti en mars 2015, chaque album raconte l’histoire d’un tableau célèbre, et les mystères qui entourent sa création.

Loin des biographies BD souvent trop rapides, ou du moins aux raccourcis trop fréquents, cette série à la bonne idée de mélanger, de manière plus ou moins subtile, la fiction à la réalité. Pour aider le lecteur à faire la part des choses, chaque tome se termine par un mini exposé sur le peintre et son œuvre dont il est question.

Chef de file du courant réaliste, Gustave Courbet se veut anticonformiste et recherche une notoriété qu’il trouvera rapidement. Reconnu dans le Tout-Paris artistique du XIX siècle, ses toiles ne laissent jamais indifférent et feront à la fois scandale et admiration. La désormais plus célèbre d’entre elles, l’origine du monde, ne fut révélée au grand public qu’en 1995, lorsque les derniers propriétaires s’acquittèrent de droits de succession en cédant la toile à un musée national, le Musée d’Orsay.

grands peintres,courbet,lacaf,glénat,art,biographie,112015,610

Ce tableau, réalisé sur commande pour un riche amateur d’art Égyptien fut donc caché pendant 130 ans. Il était pourtant connu au XIX siècle par le microcosme artistique Parisien. Ainsi le critique d’art Maxime Ducamp décrivit la toile en ces termes :

 

« Dans le cabinet de toilette du personnage étranger, on voyait un petit tableau caché sous un voile vert. Lorsque l’on écartait le voile, on demeurait stupéfait d’apercevoir une femme de grandeur naturelle, vue de face, émue et convulsée, remarquablement peinte, reproduite con amore, ainsi que disent les Italiens, et donnant le dernier mot du réalisme. Mais, par un inconcevable oubli, l’artisan qui avait copié son modèle d’après nature, avait négligé de représenter les pieds, les jambes, les cuisses, le ventre, les hanches, la poitrine, les mains, les bras, les épaules, le cou et la tête. »

 

grands peintres,courbet,lacaf,glénat,art,biographie,112015,610

 

Fabien Lacaf met subtilement en scène la vie de ce tableau et des personnalités artistiques qui l’entoure. Le caractère bien trempé de Gustave Courbet est fort bien décrit ainsi que l’immersion dans le gotha Parisien des arts et des lettres. On y croise au fil des pages Baudelaire, Jules Verne, Alexandre Dumas, Théophile Gauthier, mais aussi le photographe Nadar, le critique Sainte-Beuve et la comtesse de Castiglione.

L’ancrage réaliste de la fiction est alors assuré et Lacaf donne le champ libre à son imagination pour monter une intrigue policière assez amusante à défaut d’être très surprenante.

Ce docu-fiction bien construit est agréable à lire et instructif. Dommage qu’il souffre d’une pagination un peu courte conférent aux 46 planches une sensation de surcharge.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

 

Mystères!

Picture 055.jpgPicture 066.jpgAuteurs : Tibet, Vincent Odin

Préface : Albert Uderzo

Postface : A.-P. Duchâteau

Editeur : Daniel Maghen

364 pages – cartonné

Sortie : 19 novembre 2015

Une biographie en images

Présentation de l’éditeur :

Mystères! de Tibet

Cinquième titre de la collection Biographie en images, Mystères! est l’occasion de pénétrer dans l’atelier d’un grand classique de la bande dessinée franco-belge. Les originaux rassemblés grâce à la famille et à une poignée d’inconditionnels retracent l’itinéraire étonnant de celui qui fit à la fois l’admiration d’Uderzo, auteur de la préface de l’ouvrage, et celle de Trondheim, recueillant les propos du dessinateur alors âgé de 73 ans : « … Tibet, je voudrais être à sa place. Il fait deux albums par an et il a toujours du plaisir à dessiner ! » 
Dessinateur prodige, entré à seize ans aux studios Disney puis à vingt ans au journal Tintin, créateur de Ric Hochet (avec A.P. Duchâteau) et de Chick Bill, auteur d’une oeuvre immense (près de 200 albums en 60 ans de carrière), Tibet a contribué à écrire l’Histoire de la BD, aux côtés des plus grands… dont il prétendait ne pas faire partie ! 

Picture 057.jpg

Mystères! reprend le principe des précédents titres de la collection : des dessins connus présentés sous un jour nouveau, de nombreux inédits, une présentation en fac-similé et une qualité d’impression réservée aux livres d’art. Pour respecter la règle de la collection — donner la parole à l’auteur et à lui seul — les textes accompagnant les dessins sont extraits d’interviews accordées par Tibet tout au long de sa carrière. 

Picture 056.jpg

Mon avis : 

Après Juillard, Vicomte, Cosey et Tillieux, les éditions Daniel Maghen publient une cinquième Biographie en images consacrée à Tibet. En six chapitres, 350 pages et plus d’un millier de dessins puisés dans les archives du patrimoine familial, le concepteur et réalisateur, Vincent Odin, donne la parole à l’auteur en puisant dans les différentes interviews qu’il a accordées au cours de sa longue carrière. Les chapitres font référence aux  principaux personnages-héros de Tibet : de Alain Brawl, le premier détective créé par l’auteur à l’âge de 14 ans, jusqu’aux célèbres Chick Bill et Ric Hochet, qui firent du dessinateur un des piliers du Journal Tintin, sans oublier toute une panoplie de séries humoristiques éphémères scénarisées par Goscinny ou Greg.

Ci-dessous, je n’ai pas résisté au plaisir de vous montrer cette planche originale, extraite de Mystère à Porquerolles,  pour le travail sur les ombres, typique de l’influence de l’Ecole de Bruxelles (Hergé). 

Picture 065.jpg

Artiste hors normes par sa capacité de travail, fou de dessin, Tibet a produit une œuvre abondante, classique, inventive. Il a touché plusieurs générations de lecteurs tout en gardant un style personnel immédiatement identifiable. Ses scénarios pour Chick Bill (sa série préférée) allient efficacement action, humour, calembours et suspense. Avec Mystères!, on découvre la chronologie d’une œuvre certes populaire, mais aux qualités esthétiques exceptionnelles : esquisses, dessins, crayonnés, illustrations, couvertures, planches et même caricatures, rien n’a été oublié! On accompagne un auteur qui s’est défait progressivement de l’influence de ses maîtres, dont Hergé et Franquin,  pour finalement trouver sa propre voie, celle d’un réalisme très dynamique, parfois humoristique, avec un sens inné du mouvement et de l’action. Un bel exemple : ce projet de couverture!

Picture 068.jpg

Cette iconographie, très riche, méritait un écrin. C’est chose faite. D’abord grâce au talent remarquable de Vincent Odin qui a noué une réelle complicité artistique avec la famille de Tibet pour lui rendre cet hommage. Mais aussi  grâce au soin accordé au travail éditorial et à la qualité de l’impression de l’ouvrage.

Picture 067.jpg

Mystères! est une somme patrimoniale indispensable pour l’amateur de BD et un des plus beaux livres publiés cette année dans ce domaine. Une édition limitée réunit les six chapitres de l’édition brochée, sous forme de carnets séparés, accompagnés d’un cahier de 32 pages intitulé “Le Dynamiteur”. Les 7 chapitres de la biographie sont insérés dans des chemises à rabats individuelles et réunis dans un double coffret. Chaque exemplaire de ce tirage limité est imprimé sur papier de création et numéroté de 1 à 300. Un incontournable pour le passionné comme pour le collectionneur!

Picture 069.jpg

 

 

  Conception

  Choix des textes

   Moyenne

 

Le site internet des Editions Daniel Maghen : ICI

 

La rédaction de cette chronique doit beaucoup à la rencontre que j’ai pu avoir avec les membres de la famille de Tibet, son fils Bibi et son épouse, le jeudi 03 décembre 2015. Nous avons conversé en visionnant l’exposition de planches et dessins originaux exposés à La maison de la BD à Bruxelles. 

Skippy 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑