Saint Kilda, la vraie.

Saint-Kilda (Hiort en écossais) est un archipel écossais, isolé dans l’océan Atlantique et situé à 64 km à l’ouest-nord-ouest de l’île de North Uist.

Saint_Kilda_archipela

L’île principale est Hirta, dont les falaises maritimes sont les plus hautes du Royaume-Uni.

st_kilda_rough_large

La population de l’archipel, de langue gaélique, devint inférieure à 100 habitants après 1851 et n’a probablement jamais dépassé 180. Elle fut entièrement évacuée à sa propre demande en 1930 et les seuls habitants sont désormais des militaires.

 

saint kildajpg

Dùn, est une île protégeant Village Bay des vents du sud-ouest, mettant ainsi à l’abri le village sur Hirta. Dùn fut à une époque reliée à Hirta par une arche naturelle, et Maclean suggère que celle-ci s’est brisée lorsqu’elle fut percutée par un galion fuyant la défaite de l’invincible Armada; dans une explication plus crédible et moins romantique, Fleming suggère que l’arche fut simplement balayée par une des grosses tempêtes qui secouent les îles chaque hiver.

 

dun

Le plus haut point de l’archipel, Conachair culmine à 430 m sur Hirta .L’archipel est une zone de reproduction pour de nombreuses espèces d’oiseaux marins, et constitue la seconde plus grande colonie au monde de fous de Bassan mais il n’existe aucun arbre sur cette île.

 

hirta

L’archipel de Saint-Kilda était particulièrement isolé : la seule façon de s’y rendre lorsque Martin Martin le visita en 1697 était en chaloupe, et il fallait ainsi ramer plusieurs jours dans l’océan ce qui rendait le voyage quasiment impossible en automne et en hiver.Ainsi séparés par la distance et la météo, les habitants en savaient peu sur le reste du monde.Une autre particularité caractéristique de la vie sur l’archipel était l’alimentation. Les insulaires gardaient des moutons et quelques bovins, et avaient des cultures limitées d’orge et de pommes de terre sur les terres mieux irriguées de Village Bay. Samuel Johnson observa qu’au XVIIIe siècle, les insulaires faisaient de petits fromages à partir du lait des moutons[33]. Ils évitaient la pêche en raison de mers fortes et d’une météo imprévisible. La principale source de nourriture venait des oiseaux, en particulier les fous de Bassan et les fulmars.Un des aspects majeurs de la vie à Saint-Kilda était le « parlement » journalier : tous les hommes adultes se rassemblaient chaque matin dans l’unique rue du village, après la prière, et décidaient des activités du jour. Cette réunion n’était dirigée par personne en particulier, et tous avaient droit à la parole.D’une certaine façon, malgré les privations, les habitants avaient la « chance » d’être isolés puisque cela leur épargnait les malheurs de la vie ailleurs. Par exemple, nous ne connaissons pas un habitant de St-Kilda qui se soit battu dans une guerre. Martin Martin écrivit également que les habitants avaient l’air « plus heureux que la plupart des hommes, étant presque les seuls dans le monde à sentir la douceur de la véritable liberté ».

 

 

800px-St-Kildans

 

Sraidhiort2

Vers le début de la Première Guerre mondiale, la Royal Navy installa une station radio sur Hirta, établissant ainsi des communications journalières avec le reste de la Grande-Bretagne pour la première fois dans l’histoire de l’archipel. Répondant tardivement à cette initiative, un sous-marin allemand arriva à Village Bay le 15 mai 1918 et, après avoir donné un avertissement, commença le pilonnage de l’île, tirant 72 obus et détruisant la station radio.

kilda2jpg

Le presbytère, l’église et le débarcadère furent endommagés mais aucune perte humaine ne fut à déplorer.En réponse à cette attaque, un canon Mark III QF fut érigé sur un promontoire surplombant Village Bay , mais ne fut jamais utilisé militairement. Un impact plus important pour la vie des insulaires était l’introduction d’un contact régulier avec le reste du monde, et le lent développement d’une économie basée sur l’argent. Cela rendit la vie plus facile aux habitants mais diminua également la dépendance qu’ils avaient les uns envers les autres, et ces deux facteurs débouchèrent sur l’évacuation de l’île seulement dix ans plus tard.

Pour encore plus d’info, le site St Kilda.

5 commentaires sur “Saint Kilda, la vraie.

  1. très intéressant. Merci de t’être documenter sur cet archipel, et ne nous le faire partager. ça rajoute un petit plus qui agrémente bien ton blog.

    J'aime

  2. Je ne suis jamais allé à Saint Kilda mais par contre j’ai déjà eu la chance de naviguer dans le coin. La mer y est la plus dure qui soit, surtout pendant les mois d’hiver.

    J'aime

  3. idée sympa que de compléter ton avis sur la BD en nous informant davantage sur cet archipel.
    n’hésite pas pour une prochaine fois si tu le souhaites, car je trouve que c’est très intéressant.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :