DJINN – T9 : Le Roi Gorille

Dessin : Miralles – Scénario : Dufaux
Editions Dargaud

Résumé (de l’éditeur) : Pour la première fois depuis le début de la série, les deux djinns sont réunies dans un même album. Kim Nelson retrouve la perle de la déesse Anaktu et Jade accomplit son destin en s’unissant au roi Gorille, devenant pour toujours la reine de l’Afrique.

70256-dyn003_original_600_794_jpeg_2551150_89ad66afc9e5551aedfb8195018fe5b3
Mon avis  de Capitol.: Les derniers tomes de la série Djinn m’avait semblé chercher un second souffle. A leur lecture, je me demandais franchement où voulait en arriver le scénario…Ce tome 9, le dernier du cycle africain, donne toutes les réponses aux errements des personnages…Il s’agit en effet d’un couronnement pour ce second cycle. L’histoire progresse de façon directe, et va à l’essentiel. Du coup, tout devient beaucoup plus clair, plus limpide, plus compréhensible. Du beau travail du scénariste Jean Dufaux (qui signe également une préface qui vaut le détour…), mais aussi et surtout un travail encore une fois remarquable d’Ana Miralles. Tout en sensualité, elle dessine avec talent ses héroïnes et surtout rend bien l’ambiance africaine, celle des marchés bigarrés, des villages de brousse. Le traitement de la couleur est la pièce maîtresse de cet album. Il suffit de contempler certainement planches pour voir éclater les couleurs sur certaines alors que d’autres ont des tonalités plus rouges ou grises et noires…Les trois couvertures des albums en sont d’ailleurs également l’illustration. Un bel ouvrage qui se lit très facilement avec plaisir…
surprises.smileysmiley.com.8

Capitol.

L’avis de Samba.
Nous voilà donc à la croisée des chemins avec ce tome 9 qui clôt le cycle africain. Un album où l’on retrouve une Jade plus Djinn que déesse, elle se revêtit aussi ce qui la rend d’autant plus sensuelle. Mais son destin reste néanmoins bien mystérieux, j’ai du mal à croire que les légendes tombent dans l’oubli avec une figure aussi charismatique.  Bon, il faillait bien mettre les points finaux et Jean Dufaux les met avec élégance. Sinon, je ne suis pas mécontent de quitter ce continent .J’y ai lu trop de souffrance, trop de blessures, trop de sang. Vive l’univers plus feutré et suave des Indes.
Mais cette série, c’est aussi et surtout le dessin envoutant d’Ana Miralles. C’est vraiment un plaisir quasi charnel d’ouvrir un «djinn ».La chaleur des couleurs vous enveloppe l’iris, les décors vous font voyager comme si vous y étiez, on pénètre dans les yeux des protagonistes pour y lire leur ambition, on leur emboite le pas  vers leur quête …. Bref le trait d’Ana nous ensorcelle. Il est très difficile de s’en dégager d’ailleurs .Normal pour une djinn espagnole me direz vous.
Cette série rencontre un très beau succès, comme quoi il n’est pas toujours obligatoire de faire des séries formatées pour rencontrer le public. Une évidence  saute aux yeux en admirant les 3 pochettes disponibles pour ce tome 9, Ana et Jean étaient faits pour collaborer ensemble.
Allez en route pour le Kimasutra. Enfin pas tout de suite, d’abords un HS pour la fin de l’année.
surprises.smileysmiley.com.8
SAMBA
On en parle souvent sur le forum.

MIRALLES-918

 

14 commentaires sur “DJINN – T9 : Le Roi Gorille

  1. Une semaine « Djinn » sur le blog qui donne vraiment envie de découvrir cette série – ce que je ne manquerai pas de faire dès que possible.
    Chouette aussi de voir que les deux critiques sont sur la même longueur d’onde…^^

    J'aime

  2. Surtout que le 1er cycle est le plus envoûtant.
    Bienvenue dans le harem .
    Il existe un intégrale du 1er cycle, un 2 ème devrait venir pour le cycle africain.

    Toujours bien coté les intégrales.

    J'aime

  3. Moi aussi, j’ai largement préféré le premier cycle au niveau de l’histoire, car pour le dessin, Ana Miralles fait des merveilles. Sur ce cycle, j’ai failli me lasser, il était temps qu’il finisse. A tel point que je ne suis pas sure d’avoir envie de poursuivre sur un 3ème cycle.

    J'aime

  4. Cet album m’a autant déçue que les tomes « africains » précédents. Par contre rien à dire sur les dessins, ils sont toujours aussi magnifiques.

    J'aime

  5. Beaucoup sont déçus du cycle africain car il difère beaucoup du premier cycle.
    Pour ma part je trouve intéressant d’opposer la sensualité et la cruauté, au niveau de l’histoire c’est beaucoup plus enrichissant. Mais les préférences sont compréhensibles, le harem était un rêve, un fantasme doux, c’était plus  » confortable », l’Afrique nous a plongé dans une réalité horifiante avec les trahisons, la guerre, trop proche de notre monde actuel dont on a pu s’évader.
    Enfin, ce n’est que mon avis.

    Bonne lecture à ceux qui ne l’ont pas encore lu ^^

    J'aime

  6. Beaucoup sont déçus du cycle africain car il difère beaucoup du premier cycle.
    Pour ma part je trouve intéressant d’opposer la sensualité et la cruauté, au niveau de l’histoire c’est beaucoup plus enrichissant. Mais les préférences sont compréhensibles, le harem était un rêve, un fantasme doux, c’était plus  » confortable », l’Afrique nous a plongé dans une réalité horifiante avec les trahisons, la guerre, trop proche de notre monde actuel dont on a pu s’évader.
    Enfin, ce n’est que mon avis.

    Bonne lecture à ceux qui ne l’ont pas encore lu ^^

    J'aime

  7. Beaucoup sont déçus du cycle africain car il difère beaucoup du premier cycle.
    Pour ma part je trouve intéressant d’opposer la sensualité et la cruauté, au niveau de l’histoire c’est beaucoup plus enrichissant. Mais les préférences sont compréhensibles, le harem était un rêve, un fantasme doux, c’était plus  » confortable », l’Afrique nous a plongé dans une réalité horifiante avec les trahisons, la guerre, trop proche de notre monde actuel dont on a pu s’évader.
    Enfin, ce n’est que mon avis.

    Bonne lecture à ceux qui ne l’ont pas encore lu ^^

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :