Secrets,Samsara T1

secretssamsara01secretsamsarapLe résumé.
Manchester, 1885. Dans une école des quartiers pauvres, Elizabeth Griffith fait rêver ses élèves sur une carte de l’Inde. Femme de coeur, elle cherche à faire partager son émerveillement pour le joyau de l’empire britannique aux élèves de la ‘New School’. Malheureusement, dans sa famille, ce pays dont elle a tant rêvé fait l’objet d’une véritable loi du silence. Qui plus est, son féminisme et son militantisme en faveur de l’éducation des plus défavorisés la mettent à l’écart de la société… Aussi, quand sa petite soeur se marie avec un riche héritier et qu’ils partent en voyage en Inde, elle saisit cette occasion pour partir à Khandapur les rejoindre. Elle ne sait pas encore que ce voyage va la pousser à marcher dans les pas de sa mère qu’elle n’a pourtant jamais connue. C’est ainsi qu’elle va devenir l’héroïne d’une incroyable aventure sur les traces de sa propre histoire familiale et du fabuleux trésor du Sultan de Golconde…

Le résumé.
Avec Frank Giroud aux commandes de cette série « Secrets », je n’avais aucune crainte par rapport au contenu de ce premier volet de ce nouveau dyptique Samsara. Et effectivement, c’est une histoire intéressante, bien amenée, bien construite qui nous livre les auteurs. Vraiment une très agréable lecture avec des personnages souvent haut en couleur mais surtout bien travaillé du point vue psychologique. En plus de ça, le dessin est au diapason de l’intrigue. Le trait de Faure en couleur direct arrive à retranscrire admirablement l’ambiance de l’Angleterre fin du 19 ème siècle. Une petite mention pour les gros plans sur les regards qui m’ont réellement ému à la fin de l’album.
Franchement, une BD sans failles ni reproches, du très bel ouvrage.

surprises.smileysmiley.com.8

secrets-samsara01_pla

 

Les Corsaires d’Alcibiade,Le français.

corsairesdalbiciade03Planche_bd_8353_corsaires_d_alcibiade_(les)_tome_3Le résumé.
Pour leur troisième mission de récupération, ils sont envoyés dans "l’enfer blanc", en Antarctique, à la recherche d’un drakkar gorgé de richesses.
Mais le doute commence à s’installer. À qui profitent les richesses qu’ils ramènent de leur mission ? Quels sont les buts avérés de l’organisation Alcibiade ? Dissension ou soutien à la Couronne britannique ?
En plus de leurs suspicions, nos nouveaux corsaires doivent affronter deux ennemis terriblement dangereux, leur rival Edinger, ainsi qu’un capitaine français formidablement équipé, sans compter les dangers qui les guettent sur la glace polaire. Et les conséquences seront terribles pour l’équipe.  


Mon avis.
Lire  ce tome 3 des Corsaires d’Alcibiade pourrait se comparer à un test ultime pour désigner le  lecteur le plus pugnace .Je m’explique, d’abords, il vous vaudra une excellente vue .Pour ma part, j’ai du placer un spot sur les pages pour pouvoir sortir de la brume que dégagent certaines planches de ce tome 3 .Parfois aussi, je me suis rapproché à 20 cm pour pouvoir décortiquer de toutes petites cases. Pour la deuxième épreuve, on vous demandera d’utiliser vos dons de physionomiste. Personnellement, je confonds à tous les coups Lydia et Maryline .En plus, à la page 13, le dessinateur nous déboussole encore plus en  changeant la coiffure à une des héroïnes en un clin d’œil.3 ème test, la perspicacité. Encore une fois, j’ai eu du mal à comprendre plusieurs dialogues et situations, c’est d’un brouillon par moment que j’ai failli laisser  tomber la lecture à plusieurs reprises. 4 ème faculté à avoir, l’interprétation. Alors que parfois, on nous assène de longues tirades explicatives, c’est son contraire qu’on nous sert avec une éclipse totale d’explications, étonnant.  Mais votre don d’interprétation sera mis encore plus en exergue pour pouvoir lire une émotion sur les visages des protagonistes et notamment les personnages féminins. La peur, la rage, l’interrogation, la peine, tous les sentiments ont la même représentation graphique monocorde.
Au final, j’ai l’impression d’avoir vu un film avec de bonnes idées mais avec des acteurs de seconde zone pour rester poli.

surprises.smileysmiley.com.4

ALCIB-03-F-02

 

Au pays des oranges bleues

oranges

Voici le synopsis emprunté aux éditions Luc Pire :

Au pays des oranges bleues… …c’est-à-dire en Belgique. En octobre 2006, on votait aux élections communales. Le western à Charleroi reprenait de plus belle. En juin 2007, on votait aux élections législatives. Le conflit communautaire reprenait de plus belle. Entretemps, la RTBF faisait croire à la scission du pays, juste pour voir ce que ça donnerait. Johnny Halliday voulait devenir belge. VW licenciait. On embêtait le Prince Laurent et Tintin. La violence à l’école faisait débat. Justine rompait mais gagnait. Heureusement qu’on l’avait. En France, Nicolas Sarkozy était élu Président de la République. L’abbé Pierre nous quittait. Le Tour de France était pitoyable à cause du dopage. En Irak, on pendait Saddam Hussein. On mourait en Palestine. On votait au Congo. Le pape voyageait= ; L’Europe fêtait les 50 ans du Traité de Rome. Le climat se réchauffait toujours. Retrouvez tout ces événements en quelque 200 dessins parus dans la presse et à la télévision. Une année bien pleine. Un album aussi. Avec juste ce qu’il faut de sexe !

Mon avis :

Avec Kroll, je ne m’ennuie quasiment jamais. J’ai, certes, dû débourser 20 euros pour cet album mais il m’a occupé 3 ou 4 fois plus longtemps qu’une BD ordinaire. Il a un talent fou, ce dessinateur !

Ceci dit, j’étais écroulé de rire avec "Hyper serein et Allah Bonheur" mais ici, j’ai plutôt été ‘édifié’. Les dessins de Kroll font mouche, il a l’art de résumer ce qui dérange en une seule case, de montrer du doigt ce que les ‘Grands’ tentent de cacher et, évidemment, de caricaturer quelqu’un en quelques traits. Donc, j’avoue que je n’ai pas énormément ri, mais je me suis régalé et j’ai trouvé le tout dernier dessin fascinant de clairvoyance…

Ma cote : 8/10

La geste des chevaliers dragons,par-delà les montagnes.

gestedeschevaliersdragons06Planche_bd_8026_geste_des_chevaliers_dragons_(la)_tome_6Le résumé.
Quand les dragons apparaissent, le chaos les suit et ravage les régions alentour.
Un chaos que seules les jeunes vierges peuvent traverser indemnes…
Envoyée avec d’autres chevaliers pour détruire un dragon tapi dans les hauteurs enneigées, la chevalier dragon Raiad est blessée et recueillie dans un village de montagnards. Mais quand elle se réveille, tout le village est touché par le Veill, le mal mystérieux qui émane des dragons et que Raiad a été formée à combattre et à éradiquer dès son plus jeune âge.


Mon avis.
Moi avoir lu. Moi avec bien vu changement dans déroulement histoire. Moins dragon mais origine et tension interne de la geste. Mais moi ennuyer grandement .Trouver trop longueurs et bavardeux. Moi voir dessin de Sieurac ressembler mélange Malfin (Golden City) et Stalner (Croix de Cazenac) pour visages mais de qualité variable parfois. Et si moi parler petit nègre, c’est que moi Nauris.
L’album se termine par ces mots « il a des choses que vous ne saurez jamais », et bien c’est tant mieux moi je dirais. Un album d’héroïc fantasy typiquement « Soleil » que j’ai trouvé très superficiel.

surprises.smileysmiley.com.4

gestedeschevaliersdragonsla6_pla

 

Haute Sécurité,Les gardiens du temple 1 et 2.

hautesecurite01hautesecurite02Le résumé.
Aleks Wojda est la plus jeune recrue des gardiens de la prison de Templeton Bay (Oregon, USA). Son inexpérience et sa belle gueule en font le souffre-douleur de son supérieur direct, Skinner. Aussi, lorsqu’un meurtre est commis dans l’enceinte même de la prison, et qu’un objet appartenant à Aleks est retrouvé sur les lieux du crime, celui-ci a tôt fait de penser que Skinner a poussé là le bouchon un peu trop loin…

Mon avis.
Normalement un album de Callède, je l’achète les yeux fermés. Eh voilà qu’on m’en propose deux et ….je les snobe. Et oui, visiblement j’avais été très échaudé par la fin des Enchaînés. Mais André, mon célèbre fournisseur de BD lui n’a pas raté l’occasion  et voici donc ces 2 tomes dans mes mains .Et avais-je eu tort de bouder mon scénariste préféré après Jean Dufaux ?
La réponse est……oui. Haute sécurité est certes moins original que les Enchaînes mais la construction ici est astucieuse et nettement plus crédible et travaillée .Car tout de suite, on remarque des petits détails qui ne sont pas anodins au final. Donc une histoire bien amenée avec des héros tourmentés, avec des failles, des faiblesses, rien n’est blanc ou noir et comme j’apprécie toujours qu’on fouille le coté psychologique des personnes, j’ai vraiment apprécié ce dyptique judicieusement  sorti au même moment.
Le dessin de Gihef a pris un tournant encore plus réaliste et son trait rend admirablement bien la tension qui règne dans cette prison US où l’on ne rigole vraiment pas.
C’est avec un grand plaisir que je lirai la suite de l’agent Wodja et ses problèmes relationnels avec les femmes. En attendant, je vais aller me faire arrêter pour pouvoir voir de plus près les beaux yeux de l’agent Eva Morales………
surprises.smileysmiley.com.8

Les Zenvahisseurs :

Zenvahisseurs

Synopsis :

Les zabitants de la planète Zetronus (étron gigantesque planant dans le vide sidéral) débarquent sur terre afin de vider nos cerveaux à coups de ‘connerie’. David Vinsang tentera de nous sauver, avec l’aide de caricatures de feuilletons télévisés.

Mon avis :

Laurent Gerra est un humoriste féroce mais jusqu’ici, j’appréciais quand même certains de ses spectacles et il paraît qu’il a réalisé un bon scénario pour le dernier Lucky Luke. Le voyant en haut de l’affiche (en dix fois plus gros que n’importe qui, son nom s’étalait…), je me suis laissé tenter par cet album, m’attendant à une satire savoureuse de l’univers télévisuel.

QUELLE DECEPTION !!! C’est un ramassis d’injures, de calomnies gratuites, de gags ‘pipi-caca’. Que Roger Hanin ait un accent typé, OK, mais que toutes ses phrases parlent de merguez, de couscous, de tajine, ou commencent par ‘la vie de ma mère’, ‘la purée de nous autres’, etc., ça lasse franchement. Idem pour ses goinfreries de méchoui à tout bout de champ.

De même, l’apparition de personnages d’anciennes séries télévisées telles que ‘Amicalement vôtre’, ‘Les mystères de l’Ouest’, ‘Chapeau melon et bottes de cuir’, etc. ne m’ont absolument pas fait bouger le moindre nerf zygomatique. Je n’y ai vu qu’un prétexte à dessiner des caricatures, certes bien faites mais de là à trouver cela drôle, il y a un pas que je n’ai pu franchir.

Ardisson dit ‘Ouais ouais’, Steevie est présenté comme un homo stupide, Patrick Sébastien dit juste ‘c’est formidable’, Diam’s est taxée de Bouboulette… Bref, ça vole bas, très bas. A ce point, c’est carrément du souterrain ! Sans oublier que le synopsis mentionné plus haut résume quasiment toute l’histoire.

Pour moi, cet album est à l’image de la planète Zetronus (voir ma définition entre parenthèses dans le synopsis). Les auteurs qualifient, paraît-il, cet album d’énorme farce (sans prétention), mais il coûte quand même plus de 12 euros et là, on se demande qui est vraiment le dindon de cette farce…

Ma cote : 0/10 (non, je n’ai vraiment pas aimé)

Thorgal,Moi,Jolan.

thorgal30ThorgalT30Pl1Le résumé.
Thorgal est à présent sain et sauf et le temps est venu pour son fils de s’acquitter de son dû. En échange de la vie de son père, Jolan a promis la sienne au mystérieux Manthor, un demi-dieu adepte de la Magie Rouge. Parvenu dans l’Entremonde, le jeune homme se voit promettre un destin à la hauteur de sa lignée. Mais, pour mériter l’enseignement de Manthor, il lui faudra triompher du chemin des épreuves ! La règle est claire: «seuls deux pieds pourront fouler le Seuil de l’Initiation. Pas dix ni huit ni six ni quatre. Pas un. Seulement deux.» En effet, le titre d’Elu attire quelques autres prétendants…

Mon avis.
La critique ce tome 30 des aventures de Thorgal, Moi Jolan , est certainement une des plus ardue pour moi à écrire. Car après la lecture, aucune idée ne m’a traversé l’esprit .Le vide, le néant et quoi de plus triste qu’un album sans passion ni vie. Un X ième album de transition, ça doit être le dixième d’affilé d’ailleurs, ne m’a pas déplu particulièrement mais c’est loin d’être un album indispensable. Je serai néanmoins curieux de connaître la suite de l’histoire de Jolan et de ces nouveaux compagnons. Pour ma part, je laisserais tomber la partie avec le reste de la famille Thorgal  qui a le don de dissiper l’intérêt du scénario. Autant mettre le paquet sur la vie du fils ainé de Thorgal pour la rendre un peu plus longue et donc intéressante. Enfin longue, plus condensée serait plus exact comme terme car on sent tout de suite que c’est reparti pour de nombreux tomes à ce rythme là.
Coté dessin c’est du archi connu, du Rosinski, pas déplaisant mais je suis un peu comme Miss Chikita, ce n’est pas mon préféré.
Souhaitons donc bon vent à Jolan pour ces nouvelles aventures mais j’ai bien peur qu’il reste toujours dans l’ombre de son illustre père.

surprises.smileysmiley.com.6

 

67373

 

A la recherche de Peter Pan

Peter Pan 1 Peter Pan 2

Synopsis de l’éditeur :

Sir Melvin Woodworth, un écrivain anglais d’origine serbe, semble être un touriste ordinaire. Mais pourquoi veut-il s’installer dans le village perdu d’Ardolaz? Que recherche-t-il dans le vieux cimetière de ce bourg que l’on dit condamné? Un sujet de roman, le souvenir de quelqu’un? Et ce glacier dont l’écho amplifie les sinistres craquements, n’est-il pas plus dangereux qu’on le prétend? Une atmosphère bizarre, presque malsaine, se dégage de cet endroit apparemment paisible et dont les habitants s’efforcent de taire leurs secrètes angoisses…

Mon avis :

Un album tout en douceur et tranquillité qu’on pourrait lire dans un vieux chalet, le soir au coin du feu, devant une bonne fondue. Les paysages sont magnifiques et les pages de papier ‘glacé’ engourdissent presque les doigts tant la neige est bien rendue. Le vocabulaire contribue aussi à l’élégance de l’univers créé par Cosey, étant donné qu’il nous conte le récit d’un écrivain parti s’isoler dans un village traditionnel du Valais des années 30 pour mieux puiser son inspiration.

 

Tout en écrivant, il repense à son frère aîné Dragan, compositeur parti faire fortune dans la région et mort accidentellement 10 ans plus tôt. Pour meubler les périodes creuses, il a emporté le ‘Peter Pan’ de James M. Barrie, cadeau d’anniversaire de Dragan.

 Mais que se passe-t-il ? Pourquoi entend-il jouer les compositions de son frère pendant la nuit ? Qui interprète ces œuvres ? Comment Dragan a-t-il vécu ses dernières années ? Ce souvenir qui le hante, ne serait-ce pas celui de Peter Pan lui-même ? Et quel est le rôle du vieux Baptistin, que la police pourchasse sans répit depuis des décennies ?

Le premier album se termine par de magnifiques photos de paysages et personnages du Valais en 1930, et le deuxième commence par un récapitulatif, qui m’a d’ailleurs permis de vous donner le résumé ci-dessus. L’histoire est belle, et vous envahit comme une ondée de neige mais ne déferle pas comme une avalanche. Je l’ai plus appréciée pour son ambiance et son aspect pittoresque que pour l’intrigue en elle-même. Elle fait appel à des sentiments simples, purs, sincères et contraste assez nettement avec le climat de bon nombre de BD actuelles. J’ai beaucoup aimé, même si je préfère le Peter Pan de Loisel.

Ce livre ressort en intégrale et ne gâcherait pas votre bédéthèque.

Peter Pan intégrale

Ma cote : 8/10

Ze world selon Jean-Claude

ZeWorldSelonJeanclaude

‘Synopsis’ de l’éditeur :

En cultivant sa ressemblance et en calquant sa vie sur son modèle spirituel, Jean-Claude finit par fusionner avec son idole.

Au point de se faire croire à lui-même, Jean-Claude, qu’il est Jean-Claude, l’autre.

Mon avis :

J’ai acheté cette BD par curiosité, en me disant que ma bibliothèque n’en ferait sûrement pas l’acquisition. J’avais adoré le petit livre ‘Parlez-vous le Jean-Claude?‘ et j’espérais une approche humoristique un peu originale, mais j’ai été cruellement déçu.

L’album s’inspire de citations du célèbre J-C (non pas celui qui marche sur les eaux, celui qui marche sur les os, ‘l’homme à l’humour unique et involontaire‘ comme dirait Samba) pour ensuite nous fournir une planche qu’on pourrait qualifier de ‘variation sur un même thème’. En en parlant de variations, il doit bien y avoir 4 ou 5 pages basées sur la faculté de JC à ouvrir les noisettes avec ses puissants muscles fessiers (une blague ‘éculée’ si j’ose dire). La plupart des autres gags sont basés sur le ‘spirit’, le grand écart et autres facéties de Clau-Clau, mais ne m’ont guère fait rire hormis l’un ou l’autre petit sourire. J’y ai trouvé énormément de ‘déjà-vu’. On pourrait aussi comparer les gags aux fameux ‘Ah que’ dont on affublait l’autre Idole des jeunes. A la longue, ça devient un tantinet répétitif.

Je m’efforcerai de ne plus me faire ‘aware’ et d’éviter scrupuleusement le prochain tome.

Ma cote : 4/10

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑