1972, des ombres sur la glace

Scénario : Frédéric Bertocchini
Dessin : Thierry Diette
Éditeur : Tartamudo
112 pages
Date de sortie :  octobre 2022
Genre : témoignage

 


Une histoire vraie et tragique, qui commémore son cinquantième anniversaire cette année 2022

Présentation de l’éditeur

En 1972, un vendredi 13 octobre, l’avion qui transporte l’équipe de rugby d’Uruguay se crashe en pleine cordillère des Andes. Les survivants résistent au froid durant de longs jours, mais s’épuisent et finissent par mourir de faim. Absence de médicaments, de matériel de survie, blizzard, avalanche, mort des proches, rien ne leur est épargné. Pour survivre, ils finiront par se nourrir de chair prélevée sur les corps gelés des mort.

 

1972 des ombres sur la glace_pl

 

Mon avis

J’avais lu il y a longtemps cette histoire dans le livre Les Survivants écrit par Piers Paul Read, d’après les témoignages de survivants du crash. Un livre qui m’avait marqué par la force que dégageaient les survivants et cette soif de vivre qui les animaient, même dans les instants les plus durs et désespérés. Évidemment, le plus marquant de cette tragédie l’acte indicible de cannibalisme qui leur a permis de survivre. Manger de la viande humaine ou mourir. Manger ses compagnons d’infortune, ou mourir. Tous ont dû faire un choix, ceux qui n’ont pas pu passer à l’acte sont morts. Quand on lit cette histoire, la question nous hante à chaque page. Qu’aurais-je fais ? Je crois qu’il est impossible d’avoir une réponse affirmée tant que nous ne sommes pas confronté au drame.

Cette BD n’est pas une adaptation du livre. Elle retrace néanmoins les faits assez précisément par une narration linéaire et chronologique de la tragédie, depuis le crash jusqu’aux secours. Un témoignage qui fonctionne pour qui n’a pas lu le livre. Il manque cependant dans cette version BD une dimension psychologique et spirituelle des personnages. Ceux-ci ont été en proie à des questionnements et des doutes effroyables avant de pouvoir prélever de la chair sur leur copains morts. Cette dimension est à peine évoquée et c’est pourtant l’essence même de ce témoignage.

Dommage, parce qu’on passe à côté de l’essentiel, même si l’on frémit devant cette terrible aventure.

Le dessin, sans être vilain, n’est pas des plus folichons. Trop taillé à la serpe à mon goût, il ne me transporte pas dans cette glaciale montagne ni dans l’horreur que vivent les rescapés. Quand on lit le livre, on sent que la mort rôde partout, là, non.

Un témoignage intéressant, mais qui manque de grandeur.

Loubrun

Un commentaire sur “1972, des ombres sur la glace

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :