La limite n’a pas de connerie

Scénario : Emmanuel Reuzé
Dessin : Emmanuel Reuzé
Éditeur : Fluide Glacial
58 pages
Date de sortie :  avril 2022
Genre : humour

 


« – Avez-vous des mauvaises actions à confesser ?
– Non, mon Père. Je les ai toutes revendues ! »

 

Présentation de l’éditeur

Après le succès de Faut pas prendre les cons pour des gens, nous vous proposons aujourd’hui de remonter dans le temps et de découvrir les histoires d’Emmanuel Reuzé avant les Cons !  Des univers complètement barrés, des jeux olympiques du crime, une passion fiévreuse entre experts comptables ou encore les aventures de l’homme mal cadré… Reuzé parvient à repousser les frontières d’un humour complètement décalé encore plus loin.

la limite n'a pas de connerie_pl

 

 

 

Mon avis

Ça fait déjà trois albums – et bientôt 4 – qu’Emmanuel Reuzé nous assène qu’il ne faut pas prendre les cons pour des gens. Faut croire qu’il y en a qui n’ont pas compris alors il prend le sujet par l’autre bout de la lorgnette. Il nous ressort donc pour cet exposé sur l’une des principales caractéristique du bipède humain, quelques idées datant d’avant les cons. Pour qu’il y ait des cons, il faut qu’il y ait connerie. Tout part de là, mais pour aller jusqu’où ? Peut-on rire de tout ? Avec tout le monde ? A part en politique ou il semble que ce soit un atout, Peut-on raconter n’importe quoi avec le plus grand sérieux ? L’humour absurde est-il sérieux ?
Ici, tout ce qui n’a aucun sens, fait sens. Il suffit de déconnecter ses neurones formatés au rationalisme le plus basique et de se laisser happer dans le monde absurde d’Emmanuel Reuzé. Alors on comprend tout sur l’obtention du C.A.P. de poule de ferme, sur les jeux olympiques du crime, sur la secte des lécheurs de genoux. Et on ne s’étonne pas de croiser dans cet univers parallèle Billy the Kid, Al Capone, Blériot , Lucky Luke ou Batman.

Très inspiré par les Monty Python, mais aussi par Daniel Goossens, François Boucq (il faut lire les aventures de Jérôme Moucherot, un régal d’humour absurde), et évidemment Gotlib, Emmanuel Reuzé leur rend ici un vibrant hommage dans une succession d’histoires courtes complètement azimutées.

Avec Reuzé, l’humour n’a pas de règles, pas de frontières pas de limites. On le comprend d’entrée, avec le grand concours de préface où se côtoient Jean-Jacques Rousseau, Michel Houellebecq, François Rabelais, Louis-Ferdinand Céline, Marguerite Duras …

Bonnes tranches de rigolades garanties !

Loubrun

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :