Kowloon T2   

Generic Romance

Auteur : Jun Mayuzuki
Editeur : Big Kana
Genre : Tranche de vie
Sortie : le 3 septembre 2021

Avis de l’éditeur :

Dans son appartement éclairé par les rayons du soleil couchant, Reiko Kujirai a pris conscience de son attirance pour son collègue, Kudô, qui lui inspire des sentiments nostalgiques et amoureux.

Mon avis :

Comment se fait-il que Reiko ne se souvienne pas de sa liaison avec son cher collègue Kûdo ? Et d’ailleurs, à bien y réfléchir : elle constate n’avoir aucun souvenir à long terme. Et pourtant, lorsqu’elle s’attarde sur une photo prise à l’insu de Kido, on les voit tous les deux fiancés.

Est-ce bien elle photographiée ou une autre la représentant ? Perte de mémoire ou sosie ? D’autant que la belle n’a jamais eu de retour quelconque de son collègue, de manière sentimentale. Une simple liaison professionnelle comme parmi tant de collègues. Mais, lorsqu’en voulant saisir sa chance et connaître le fond de la pensée de Kudô, portant soigneusement les mêmes boucles d’oreilles que sur la photo, ce dernier est littéralement pris de colère, allant jusqu’à la sermonner …Qu’en est-il de leur relation profonde ?

Kowloon_T02_Generic Romance_Jun Mayuzuki_Big_Kana_extrait

Ce deuxième tome relativement attendu, suite au premier round de haute voltige, nous prend une nouvelle fois à la gorge de par l’impact scénaristique mis en place. Chaque planche sonne juste, mêlant adroitement finesse et mystère.

Les deux principaux protagonistes jouent leur rôle comme il se doit, et la fin du tome place un nouveau participant pour le moins surprenant. Sans spoiler la magie de Kowloon, qui ne se résume pas uniquement à une romance, loin de là : on ne peut qu’encourager les lecteurs adeptes de trames riches, alliant tranche de vie et une once de science-fiction (à ce stade du récit il résulte en effet une interrogation quant à une touche SF, la suite en conclura ainsi ou non, bien que l’on se tourne vers une éventuelle perspective à manœuvre scientifique), à se ruer vers ce titre retentissant.

Et que dire du soin apporté au style graphique : Jun Mayuzuki semble ne même pas forcer son talent pour attendrir le lecteur par sa plume tonifiante. Un régal pour les yeux qui d’ailleurs sont les maîtres mots de Kowloon, lorsqu’on s’attarde longuement sur la précision millimétrée apportée aux regards.

Un subtil joyau attendrissant, qui transmet la maturité de l’auteure, et ouvre une dimension nouvelle aux mangas d’auteurs.

Coq de Combat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :