Patria

Scénario : Fernando Arambaru
Dessin : Toni Jejzula
Éditeur : Ankama
Date de sortie : 5 mars 2021
304 pages
Genre : Tragédies familiales

« Pour moi, le bonheur ce serait qu’ils inventent une machine à ressusciter les morts »

Présentation de l’éditeur

2011 : L’ETA dépose les armes. Un armistice inédit qui bouleversera le destin d’une Espagne divisée par la haine et le nationalisme. Au cœur de ce conflit, deux familles, deux femmes : Bittori et Miren, amies d’enfance séparées par le terrorisme ; l’une est la femme d’un « assassiné », l’autre la mère d’un terroriste. 2011 résonne différemment chez elles. Deux points de vue, deux destinées…

Librement adapté du best-seller de Fernando Aramburu (Patria, Tusquets Editores, 2016) vendu à plus d’un million d’exemplaires, ce roman graphique bouleverse par la portée de ses textes et la force de son trait et de ses couleurs, taillés dans le vif de la violence terroriste.

Patria est également à découvrir en série sur Canal +.   

Mon avis

Me lancer dans la lecture de Patria m’a fait penser à la première fois où j’ai lu un manga dans le sens de lecture japonais. J’ai aussi rapidement eu en mémoire des difficultés que j’ai pu rencontrer lorsque j’essayais de ne pas mélanger les personnages de la série de romans de Georges R.R Martins, Le Trône de fer.

Vous voilà donc prévenu(e)s, se plonger dans cette saga qui nous décrit les tragédies vécues par deux familles basques se mérite. Et comme indiqué dans la Note Edito, le marque-page qui est offert vous aidera à vous y retrouver pour, et ce n’est pas rien, savoir qui est le narrateur.

Chaque personnage est associé à une couleur qui est utilisée sur les phylactères. Ce procédé permet d’être fidèle au roman choral de Fernando Arambaru. Il faut un peu de temps pour s’habituer à celui-ci, certaines couleurs étant parfois proches les unes des autres. Mais il faut « s’accrocher » car c’est à ce prix qu’on profite pleinement de la lecture de ce splendide roman graphique.

Patria est en effet superbe. Les traits anguleux, les couleurs pastel, la mise en relief (qui apparait comme un patchwork d’images collées les unes sur les autres) m’ont beaucoup plu. Chaque vignette me semble être le résultat d’heures de travail tant les dessins et les aquarelles m’apparaissent comme soignés.

Tout m’a plu dans cette histoire : les destins des personnages se succèdent et s’entremêlent sur fond de trêve des hostilités de l’organisation indépendantiste basque, l’ETA. J’ai découvert l’attachement viscéral à l’identité d’un peuple au travers de portraits soignés qui sonnent juste. La lutte pour l’indépendance est l’objet de passions et de dérives qui sont décrites avec un réalisme qui fait froid dans le dos. C’est la complexité des personnages qui m’est apparue comme gage de réalisme, chacun a un rapport personnel au combat indépendantiste, aux implications collectives parfois écrasantes : racket, paiement de l’impôt révolutionnaire, urne pour les prisonniers dans les bars, « il n’y a que trois options : payer, émigrer ou jouer avec le feu ».

Patria vaut le détour tant pour sa qualité graphique que pour son scénario ciselé, qui, malgré une narration qui nécessite une attention aigüe, délivre une histoire prenante et poignante.

ScénarioDessinico_Album
coeur_quatrecoeur_cinqcoeur_quatre


Petitgolem13

3 commentaires sur “Patria

Ajouter un commentaire

  1. Bravo ! Je n’ai pas réussi pour ma part à rentrer dans cette lecture . J’étais pourtant sûr de la qualité de cet ouvrage, mais la complexité de la narration (et tout ce que j’ai a lire par ailleurs) m’a un peu découragé.

    J'aime

  2. Etant profondément opposé à tous ces genres de communautarisme et d’indépendantisme*, je ne suis pas du tout attiré par cette BD d’autant plus s’il faut de la concentration dont je suis incapable.
    J’avais à sa sortie essayé de regarder la série, mais l’ambiance sombre (alors que le pays est lumineux) et la lenteur du récit avaient vite fait de me dissuader et d’abandonner avant la fin de l’épisode !
    Bref, pas pour moi !🙄

    * idem pour l’enseignement immersif en langue régionale dont je ne suis pas du tout partisan, heureux d’avoir des petits fils parfaitement bilingues (double nationalité français/anglais) qui auront plus de chance d’avenir dans le monde.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :