Requiem T8

La Reine des Ames Mortes

Scénariste : Pat Mills
Dessinateur : Olivier Ledroit
Editeur : Glénat
Genre : Fantastique
Sortie : le 6 janvier 2021

Avis de l’éditeur :

Profitant de la panique créée par l’attaque du couvent de sang, Requiem se rend dans le donjon d’Otto pour libérer sa douce Rebecca. Mais le puissant chevalier vampire ne l’entend pas de cette oreille et un combat s’engage entre les deux anciens amis.

Requiem T08_La reine des ames mortes_Glenat_extrait

Mon avis :

New York 1919, Leah Hirsig, la femme du mystique Crowley, est offerte sur l’autel de purification afin de devenir Alostrael, la matrice divine des limbes. Marquée au fer rouge du signe de la bête, elle se transforme en créature démoniaque mi-animal, mi-reine des âmes mortes.

Au même moment, à Necropolis, les choses se gâtent une fois de plus. Au couvent du sang, dans le donjon sordide d’Otto, Requiem livre une bataille légendaire durant laquelle il utilise tout l’arsenal d’armes de collections datant des précédentes guerres marquées par l’homme. Des antiquités inestimables telles que  le marteau de guerre italien du XVIe siècle, la rapière trident utilisée en son temps par le Duc de Mantéa… des pièces de collection réduites en bouillie par l’impact des coups portés. Mais à force, son adversaire bien que percé de toutes parts, perd patience et brise Requiem par l’aspersoir d’eau bénite à canons multiples que le Pape Clément VII espérait utiliser contre Henry VIII. Requiem luttant pour délivrer Rebecca,  se retrouve, à la place, en piteux état.

A Necropolis, la guerre est synonyme de jouissance, les douleurs s’apparentant à de puissants orgasmes. Ce huitième tome propulse la folie vers une nouvelle frontière, bien plus obscure que précédemment. Les chevaliers vampires forniquent avec des nonnes atrophiées, Rebecca donne le change à son tour avec Otto, utilisant la mitrailleuse piano, réduisant en miette les dernières armes de sa collection prestigieuse.

Requiem T08_La reine des ames mortes_Glenat_extrait 2

Pat Mills explore les tréfonds caverneux des autres mondes et insère des personnages ou créatures systématiquement plus cruelles et destructrices. Nous suivons d’ailleurs avec grand intérêt les recherches du Docteur fou, à la charge de l’ Archi-Hiérophante, durant lesquelles il expérimente de nouvelles combinaisons sur base de nanotechnologies d’après les carcasses de mécavores et autres biovores datant de temps reculés.

Le clou du spectacle repose sur la rencontre entre Requiem régénéré et Leah, leur fornication donnant lieu à une fusion charnelle sans égale, vantant les mérites des imperfections physiques, d’abominations génétiques. « Sur Résurrection, ce sont les tares qui nous font fantasmer » Le romantisme, c’est odieusement humain…

Quand au trait perçant d’Olivier Ledroit, que dire de plus qui n’a déjà été à maintes fois vénéré. Du spectacle vrombissant, du nectar sensuel dans les profondeurs putrides de la géhenne, l’interprétation ultime et parfaite des enfers comme on espère se l’imaginer dans les songes métaphoriques. Les ténèbres prennent vie, les morts s’adonnent à la luxure mieux que les vivants, et quant aux couleurs aveuglantes, elles rayonnent et brillent au firmament du puits sans fond.

Necropolis s’annonce comme la prochaine destination de vacances. Il y fait bon mourir… Que la fête commence !

Coq de Combat

Un commentaire sur “Requiem T8

Ajouter un commentaire

Répondre à Samba Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :