Déracinée

Soledad et sa famille d’accueil

Autrice : Tiffanie Vande Ghinste 
Éditeur : La Boîte à Bulles
128 pages
Date de sortie : 7 avril 2021
Genre : société, tranche de vie, familles d’accueil

« Cette histoire est vraie et n’est pas vraie. J’ai inventé tous les évènements que vous allez suivre mais je n’ai rien inventé de toutes les émotions que j’ai pu ressentir » Tiffanie Vande Ghinste.

Présentation de l’éditeur :

Un récit intimiste empreint d’émotion et de poésie sur le quotidien des familles d’accueil. 

Bruxelles, 2012. Billie reçoit un appel de sa mère l’informant que la juge aux familles a décidé de rendre Soledad, sa sœur d’accueil, à sa mère biologique. Pour la famille, c’est tout à la fois un désaveu cinglant et surtout un drame car ils craignent pour la stabilité émotionnelle de Soledad.

Sans hésitation aucune, la jeune femme abandonne la capitale belge et ses études de médecine pour revenir au sein du cocon familial, au beau milieu de la forêt, retrouver ses parents et ses 4 autres frères et sœurs. Son retour auprès de sa « tribu » sera bientôt suivi par celui de Soledad, déçue et traumatisée – une fois de plus – par le rejet de sa mère biologique.

Si cette famille originale ne manque ni de charme ni de solidarité, ni d’originalité, chacun de ses membres se retrouve face à ses propres difficultés, que ce soit pour définir des choix de vie, pour se trouver une profession, ou pour continuer à croire en son rôle de parent d’accueil face aux aberrations d’une administration bornée…
Car le mal-être de Soledad, jeune adolescente tourmentée, se trouve amplifié par les événements récents, avec un sentiment d’abandon décuplé et l’impression de n’avoir sa place nulle part, pas même dans sa famille d’accueil. Autour d’elle, la tribu tente de faire front et de l’apaiser.

Mais c’est sans compter sur l’obstination et l’aveuglement d’un trio d’assistantes sociales au rôle de quasi sorcières maléfiques…

S’inspirant de son expérience en tant que sœur d’accueil, Tiffanie Vande Ghinste livre ici un récit intimiste empreint d’émotion et de poésie sur le quotidien des familles d’accueil, marqué autant par les défis à relever que par la richesse des relations et l’intensité des moments de joie…

DERACINEE_la boite a bulles_soledad et sa famille daccueil_Tiffanie Vande Ghinste_extrait1

Mon avis :

Si on doutait encore de l’absurde lié aux cours de justice et des lois, « Déracinée » vous montrera que souvent, on est loin du compte en ce qui concerne le bien-être. Dans ce cas-ci, celui de la jeunesse, notamment les enfants en famille d’accueil. C’est déjà difficile d’être séparé de sa famille biologique, mais voir que la justice agit en dépit du bon sens, ça en serait presque risible si la vie d’une enfant n’était pas en jeu.

Sous des airs de famille dans les bois, vivant en harmonie avec la Nature, les protagonistes de cette fiction inspirée de faits réels ont à cœur que chacun s’épanouisse. Si une qualité devait ressortir de cette histoire, c’est sans aucun doute la bienveillance qu’on peut ressentir de chaque membre de cette famille atypique. Pourtant, les assistantes sociales et les juges de la jeunesse n’aident en rien ces gens, bien au contraire. Alors qu’il est évident que Soledad, en âge de comprendre et prendre la décision de retourner ou non chez sa mère biologique, est perturbée par le peu d’estime que cette dernière éprouve à son égard, que son bien-être psychologique est en jeu : la juge décide quand même de confier la garde à cette mère indigne après plus de 10 ans.

DERACINEE_la boite a bulles_soledad et sa famille daccueil_Tiffanie Vande Ghinste_extrait

Une expérience que la famille d’accueil perçoit non seulement comme une atteinte à leur rôle de parents de substitution, mais aussi et surtout à leur jugement concernant leur fille. Même s’ils n’ont pas le même sang, Soledad fait partie intégrante de cette famille unie qui fait front pour réparer les dégâts… parce que oui, le départ de l’adolescente sera un fiasco prémédité, à son retour dans la forêt près de ceux qui l’ont toujours aimée, elle est perdue, se sentant plus seule que jamais alors qu’elle a toute cette tribu présente pour la soutenir.

Avec ce titre, Tiffanie Vande Ghinste dépeint le flux d’émotions qui peut embraser une famille, le surplus d’attention apporté à Soledad de retour d’un échec cuisant auprès de sa mère qui laisse les enfants légitimes un peu perdu eux-aussi, non reconnus à leur juste valeur, … et comment la maman finit désemparée d’être ainsi coupée dans son élan de mère et ce père qui hurle sa colère face à l’injustice des tribunaux.

Alors il faut se recentrer, reprendre là où la vie fut mise entre parenthèses pour recommencer à vivre ensemble. Une famille dont le lecteur finira par se sentir membre lui aussi, au fur et à mesure qu’on partage ce tourbillon d’émotions. Du coup, même si le dessin n’est pas classique, sommes toutes très personnel et un peu comme crayonné par un adolescent sur des feuilles de brouillon, on se prend au jeu car finalement, le message est le plus important : le bien-être des enfants, des gens en général… et j’irai plus loin, en disant que la Planète toute entière mérite de s’épanouir, en harmonie comme cette famille au cœur de la forêt.

ShayHlyn.

Un commentaire sur “Déracinée

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :