Héroïne malgré moi T02

Auteur :  Fuyu Amakura
Éditeur : Kana
Date de sortie : 5 février 2021
Genre : shôjô, adolescence, romance.

Une jeune fille persuadée de ne pas être assez jolie, un adolescent populaire en quête d’une nouvelle image : un schéma classique pour un shôjô sympathique.

Présentation de l’éditeur :

En découvrant petit à petit l’honnêteté et la gentillesse de Serizawa, Shûko se rend compte que sa première impression n’était pas la bonne et commence à changer d’avis à son sujet. À la fin de leur pseudo-rancard, elle sent même son coeur s’emballer ! Peu de temps après, elle rencontre le vice-président du conseil des élèves, qui lui demande, ainsi qu’à Serizawa, de lui donner un coup de main. Une occasion de plus pour les deux lycéens de se rapprocher… Mais quel est donc ce sentiment nouveau qui s’insinue lentement, mais sûrement, dans le coeur de Shûko ?

heroine malgré moi_T02_Kana_Fuyu Amakura_extrait 1

Mon avis :

Commencer par un tome 2, ce n’est pas toujours facile-facile. Surtout quand il s’agit d’une série courte (en 4 tomes) impliquant des événements expéditifs pour ne pas terminer avec une fin baclée. Or, fort heureusement – ou pas – « Héroïne malgré moi » est un manga assez classique dans son genre.

Shûko est une ravissante lycéenne en première année qui doit lutter contre des démons intérieurs : la certitude de ne « pas vraiment être une fille » comme le répétait sans cesse un camarade de classe en primaires. À force de se l’entendre répéter encore et encore, la jeune fille a commencé à croire qu’elle n’était pas jolie, ni féminine au point d’intéresser la gent masculine. Pourtant, la raison pour laquelle ce garçon ne pouvait pas la voir comme une vraie fille était toute simple : Shûko excelle dans les sports de combats, voire dans un peu tous les domaines sportifs, tant et si bien qu’elle s’est vue devenir la garde du corps d’un lycéen populaire.

Une situation plutôt rocambolesque, mais qui s’est avérée la seule solution pour que les membres des divers clubs sportifs arrêtent de la harceler pour les rejoindre, tandis que Serizawa, son « protégé », peut jouir d’une vie plus sereine à l’école sans avoir à fuir toutes les demoiselles qui lui courent après et ainsi redorer son blason de jeune homme bien sous tous rapports (parce que tenez-vous le pour dit : un adolescent entouré de jeunes filles, ça attire les critiques entre jalousie et haine…).

heroine malgré moi_T02_Kana_Fuyu Amakura_extrait 2

Du coup, ce qui devait arriver arriva : à force de fréquenter Serizawa, Shûko ressent davantage son malaise à l’idée de « ne pas être une vraie fille » comme on le lira souvent dans ce second tome, et donc de ne pas plaire à celui qui commence à prendre de plus en plus de place dans sa vie… et son cœur ! Reste donc à prendre confiance en elle, s’épanouir et peut-être un jour avouer ses sentiments… Mais en attendant, deux tomes sont encore à venir et qui promettent des rebondissements, notamment avec le retour du coupable : celui à cause de qui notre héroïne ne s’est jamais sentie assez féminine.

Autant dire que « Héroïne malgré moi » se laisse lire et le dessin est assez plaisant tout en restant classique pour un shôjô. De quoi lancer la carrière de ce nouveau mangaka, Fuyu Amakura dont cette série est le premier travail publié, tant au Japon que par chez nous.

ShayHlyn.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :