Kurusan – le Samouraï noir T1

Yasuke

Scénariste : Thierry Gloris
Dessinateur : Emiliano Zarcone
Editeur : Delcourt
Genre : Historique – Epées
Sortie : le 13 janvier 2021

Avis de l’éditeur :

Yusuf est un esclave noir. Vendu comme un vulgaire bien, il devient sous le nom de Joseph le serviteur d’un jésuite italien. Ce dernier est chargé de visiter les établissements de son ordre en Asie. Avec Joseph, il débarque au Japon dans les années 1570.

Mon avis :

A la fin du XVI ème siècle, le seigneur Nobunaga Oda règne tel un tyran au pays du soleil levant. Surnommé le Roi démon, nul ne peut ignorer son nom et encore moins ses méthodes barbares où femmes et enfants sont violemment massacrés.

Accostant à sa demeure de résidence, le jésuite Alessandro Valignano vient en paix, accompagné de Joseph, un géant africain. Un marché est conclu sous la menace : Joseph change de maître, et le prêtre peut s’estimer heureux de quitter vivant ces terres.

Joseph, nommé également Kurusan signifiant « ogre » en japonais n’est pas vu d’un bon œil par l’entourage de Nobunaga, ce dernier considéré comme néfaste pour les hommes du seigneur. Seul Nobunaga lui-même et sa propre fille Dame Mariko l’estiment à sa juste valeur.

Delcourt_Kurusan_le samourai noir_T01_Yasuke_scan 1

Voici un nouveau titre de l’époque médiévale tout à fait respectable sur bien des points. La force du récit repose sur deux protagonistes : le seigneur belliqueux Nobunaga & Kurusan, qui endossera plusieurs noms, passant de « Kuru » (noir) à des titres plus honorifiques. Le passé de cet esclave suscite un vif émoi, longuement malmené d’un maître à l’autre. Hormis sa carrure d’athlète, et ses diverses lacunes, Kurusan apprend vite et fort bien. Nobunaga voit en lui et croit fermement en ses nombreuses qualités. D’ailleurs, soulignons la force de caractère du futur guerrier, qui bien qu’à plusieurs reprises malmenés, se sent pousser des ailes et n’abdique jamais.

Kurusan surprend son entourage par la faculté et l’aisance des techniques de combat qu’il maitrise. De son côté, Nobunaga soulève ses armées sur les terres ennemies du clan Rokkaku et recadre même le nouveau Shogun, 15ème du nom, Ashikaga (dont la ressemblance avec feu Bruce Lee est marquante)

Finalement, la fin de ce premier tome sera marqué par l’entraînement éreintant à former Kurusan durant une année complète par un maître d’armes à travers tout le pays.

Delcourt_Kurusan_le samourai noir_T01_Yasuke_scan

La trame concoctée par Thierry Gloris se veut percutante tout le long du récit. Sans temps-morts, certes avec cette impression de déjà-vu par moments, il n’empêche que l’on tient ici un sacré concurrent plus que compétitif dans le genre. L’association de diverses cultures et de tempéraments fougueux y joue un rôle prédominant.

Quant à la technique graphique signée Emiliano Zarcone, le lecteur ne peut qu’en être ébloui. Le découpage joue sur un aspect purement éclectique, emportant tout un chacun vers ces contrées de guerre et de feu. La violence y est crue mais n’apparait que par intervalle, tout comme les séquences d’action plutôt insérées au moment adéquat.

Envoutant …

Coq de Combat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :