Les Indésirables

Auteur : Kiku Hugues
Éditeur : Rue de Sèvres
Date de sortie : 6 janvier 2021
Pages: 288.
Genre : Roman graphique, 2ème guerre mondiale
, Témoignages.

« Je suis remonté dans le temps… »

Résumé de l’éditeur:

Récit autobiographique où se confondent réalité et fiction qui interroge sur les choix entrepris par une société en cas de crise et sur capacité à reconnaître ses erreurs.

Kiku a 16 ans. Américano-japonaise, elle se sent déconnectée de son héritage japonais et en sait peu sur l’histoire de sa famille qui cultive le secret. Alors qu’elle est en vacances avec sa mère à San Francisco, elle se retrouve brusquement dans les années 1940, propulsée dans un des camps qui a fleuri sur le territoire américain au lendemain de Pearl Harbor. Parquée, Kiku partage le quotidien de sa jeune grand-mère et de 120 000 citoyens nippo-américains déchus de tous leurs droits civiques par leur propre gouvernement, car accusés d’être des ennemis de la nation…

Mon avis:

Kiku est une adolescente comme tant d’autres ; pour qui l’histoire lui passe un peu au-dessus de la tête, alors forcément le voyage qu’elle fait avec sa mère sur les traces de sa grand-mère l’ennuie profondément. Jusqu’à l’instant où, s’asseyant sur un banc pour se reposer auprès de l’immeuble qui abritait autrefois le domicile de sa grand-mère, une étrange brume l’entoure et la propulsant dans les années 40. Elle comprend aussitôt que quelque chose cloche ! Elle ne se reconnaît presque pas, ni les vêtements qu’elle porte, ni l’ambiance ; et encore moins les personnes autour d’elle. Elle cherche vainement son portable sans succès, elle a peur que sa mère se fasse du soucis quand soudainement elle retourne au présent ! Elle croit avoir rêvé et ne lui dit rien. Mais cette expérience se reproduit encore une fois avant son retour chez elle alors que la jeune fille espérait que ce phénomène resterait là où elle le vécut la première fois.

Mais la mémoire familiale est plus forte que tout ! Un jour, lorsqu’elle est allongée dans l’herbe de son jardin : la brume l’envahit de nouveau et l’emporte dans le passé pour une longue période. Kiku se retrouve avec les nippo-américains de la seconde guerre mondiale. Juste après l’attaque japonaise, le gouvernement considère tous les japonais et immigrés japonais de 2ème voire de 3ème génération comme suspect ! A vrai dire, tous ceux qui ont 1/16ème de sang japonais est considéré comme tel et déporté et interné dans des camps. Kiku y restera plus de 6 mois et connaîtra deux camps différents. Celui de Tanforan qui est un camp de transit et après celui de Topaz !

C’est là qu’elle reverra sa grand-mère qui, ironie du sort, est sa voisine de baraquement. Kiku, l’adolescente qui était blasée de devoir supporter le pèlerinage de sa mère sur les traces de son passé est ramenée encore plus loin en arrière. Cette expérience la transformera profondément, lui faisant enfin comprendre pourquoi elle et sa mère ne parlent pas japonais et ne connaissent pas les traditions. Même après être sortis des camps, les nippo-américains avaient peur, ils voulaient absolument que leurs descendances deviennent de bons américains de peur de les voir subir d’autres sévices du genre.

Elle reviendra finalement au présent au moment où sa grand-mère s’apprêtait à quitter le camp pour aller étudier à NY… Elle regrette de ne pas avoir réussi à lui parler mais néanmoins au risque de passer pour folle elle en parle à sa mère. Elle aussi a vécu ses voyages temporels dans la mémoire familiale, finalement cette expérience les rapproche surtout à l’aube de l’élection de Donald Trump et de sa haine des latinos et de la construction de son mur.

Petit à petit Kiku renoue avec son passé et ses racines afin de mieux s’approprier sa culture et elle décide de s’engager pour soutenir les autres personnes persécutées par une montée de haine et de racisme.

Ce roman graphique est une œuvre autobiographique mêlée de fiction. En effet, l’autrice a dû broder autour des choses pour lesquelles elle n’a pas réussi à trouver des témoignages ou des sources avérées. Néanmoins, tout cela a bel et bien existé malheureusement pour le pays qui se dit celui de la liberté… Bien entendu, je connaissais cette histoire mais guère plus que cela. Cet ouvrage m’a permis de mieux comprendre ce qu’il s’était déroulé et le climat qui régnait dans les camps ainsi que l’état d’esprit des internés.

A la fin de l’ouvrage on peut trouver les notes de l’auteur à propos de la réalisation de son ouvrage et des photos de sa grand-mère. Il y a également une note de l’éditeur qui explique le contexte historique qui a mené à l’internement de ces personnes et propose un autre ouvrage pour en apprendre davantage, il s’agit d’un roman. Ensuite, un glossaire a été placé pour les quelques mots en japonais qui désignent les différentes générations d’immigrés japonais et finalement la biographie.

Un ouvrage vraiment poignant qui nous plonge, pour ma part en tout cas, dans une période plus méconnue de l’Histoire mais ô combien humaine ! Les dessins accompagnent bien le récit surtout au niveau des couleurs et de l’ambiance, on ressent la peur et les angoisses permanentes du lieu. Un album à mettre dans de nombreuses mains car même s’il y a une part de fiction, il y a aussi une grosse part de témoignage et de transmission ! Il ne faut pas oublier car malheureusement c’est encore d’actualité !

Sandra/Ithilwen.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :