Le grand voyage de Rameau

Auteur : Phicil
Éditeur : Soleil Collection Métamorphose
212 pages
Date de sortie : 30 septembre 2020
Genre : aventure, fantastique, histoire.

« … il te faudra découvrir par toi-même pourquoi ces géants que tu aimes tant ont le cœur malade, et pourquoi ils font le mal autour d’eux. »

Présentation de l’éditeur :

 Un exaltant récit d’aventure introspectif où s’entremêlent rencontres, enchantements et désenchantements. 

Dans le bois des Mille Feuilles vit une tribu de petites créatures. Une légende ancienne raconte que trois d’entre elles, jadis attirées par les humains et leurs inventions, ont vécu un drame… Depuis, il fut formellement interdit d’avoir un contact avec eux ! Le temps a passé. Un jour, la jeune Rameau ayant décidé de braver l’interdit se retrouve convoquée par le conseil des anciens, la sanction tombe : elle doit rejoindre Londres, la ville monstre, afin de se rendre compte par elle-même que le monde des humains n’est pas aussi bon que ce qu’elle imagine. Un vieux magicien aveugle nommé Vieille branche lui propose de l’accompagner… Le grand voyage de Rameau dans le monde des humains révélera-t-il qu’il est peut-être préférable de vivre éloigné d’eux ?…

Le grand voyage de rameau_Phicil_editions soleil_metamorphose_scan2

Mon avis :

Un grand livre pour un tout petit peuple ! Rien qu’à la couverture, joliment dorée, aux enluminures presque ésotériques et ce petit être sur le dos d’un chat avec la brumeuse capitale anglaise en fond : le lecteur peut déjà se perdre en conjectures, imaginer une époque glorieuse londonienne où on croyait encore, un peu, aux fées et aux elfes, même à l’âge adulte.

Alors évidemment, au fil de quelques pages : on sourit. Parce que c’est bel et bien une aventure « so british » et à la fois tellement magique. Phicil nous emmène, avec une grenouille pour narratrice, dans un périple poétique. Ses tournures de phrases sont élégantes, ses jeux de mots subtils comme ce gros toutou nommé Brad le Pit(bull).

Grâce à l’impétueuse Rameau, à la trogne plutôt drôle comme celle de tout le petit peuple présenté dans cet ouvrage, le lecteur s’envole… enfin non, l’ermite Vieille Branche qui l’accompagne n’aime pas voyager en oiseau porteur… donc le lecteur navigue sur le dos d’une truite, puis d’une carpe pour quitter le bois des Mille Feuilles afin de gagner la ville monstre, la brumeuse, la nauséabonde Londres victorienne.

Le grand voyage de rameau_Phicil_editions soleil_metamorphose_scan

Sans mot dire, ou presque pas, on devine les usines qui fleurissent partout, la crasse qui l’accompagne ; les quartiers huppés et les bas-fonds. Mais plus encore qu’une ville en développement rapide, ce sont des gens que Rameau découvre. C’est ainsi qu’en suivant leurs amulettes magiques, les deux petits êtres féériques vont entrer dans les songes de quelques humains célèbres, en commençant par la reine Victoria, ni plus ni moins !

Les autres géants, qui semblent faire partie de la destinée de nos héros minuscules, sont également connus, souvent artistes, parfois politiciens, voir légendaires comme Jack l’éventreur dont nous n’apprendrons pas l’identité pour la cause. Mais quelle belle, sombre certes, mais belle façon de le présenter. Les lieux-dits de la capitale ne sont pas en reste grâce à un matou guide touristique expliquant la fonction de Big Ben, les activités à la chambre du point de vue d’un chat, les commerces en vogue, le célèbre restaurant « café royal » où dine Oscar Wilde en pleine imagination de son célèbre « Dorian Grey » ou encore le peintre et graveur James Abbott McNeil Whistler.

À n’en pas douter, « Le grand voyage de Rameau », même si son dessin n’est pas des plus flatteurs, voire souvent laid pour dépeindre les protagonistes, est un incontournable de la collection « Métamorphose » des éditions Soleil. Avec ce petit lutin qui souhaite connaître l’élégance de la mode à cette époque, quitter sa Nature si simple pour la complexité du monde des Hommes, le lecteur découvre un pan d’histoire sans s’en rendre vraiment compte. Le texte est fluide, la suite tellement logique et les personnages si bien choisis.

Un régal pour les amateurs.
ShayHlyn.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :