Derrière la colline

Scénario : Mikaël Mignet
Dessin : Ulric
Éditeur : tarTaMuDo
Date de sortie : 29 mai 2020
112 pages
Genre : société, santé, tranche de vie.

On me demandait l’autre jour : « qu’est-ce que vous faites ? »
« Je m’amuse à vieillir », répondis-je. « C’est une occupation de tous les instants. »
Paul Léautaud, Journal littéraire – 31 décembre 1907

Présentation de l’éditeur :

Pierre vit seul dans un EHPAD. Il ne se souvient plus de grand-chose. Un jour, il reçoit une vieille photo où pose un jeune couple et sur laquelle est inscrit « Souviens-toi de nous. Derrière la Colline. Flavie ». Bien décidé à retrouver cette jeune femme, il part à sa recherche tandis que des bribes de mémoires lui reviennent. Mais parfois, c’est mieux de ne pas se souvenir. Nostalgie et amnésie morcellent leurs souvenirs et leur histoire. Mais il faudra bien que quelqu’un ramasse les morceaux.

Ce projet est né d’une double envie. La première fut de créer un personnage principal, a priori sympathique et inoffensif, mais dont le lourd passé viendrait rendre ambivalent l’attachement qu’on lui porte. La seconde était de questionner notre rapport à la mémoire, son impact sur nos vies et celle de notre entourage. Le récit de Derrière la colline est aussi simple dans sa construction narrative qu’il est complexe dans les émotions et les thèmes qu’il aborde. Cette BD confronte les points de vue et évite de sombrer dans le moralisme.

Derriere la colline_Tartamudo_scan

Mon avis :

Tout commence avec un album photos. Une dame âgée se remémore le passé et ne peut s’empêcher d’envoyer un cliché à celui qu’on devine être son mari. Il est dans un home pour personnes âgées, plus précisément : un centre pour personnes atteintes d’Alzheimer… Un EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Pourtant, à la réception de ce souvenir émergeant du passé, Pierre sait qu’il doit s’y rendre, c’est une évidence. Pourquoi ? Pour qui ? Cela reste un mystère à ses yeux, mais c’est important !

Le ciel est gris, comme la mémoire de ce personnage principal. Seules quelques touches de couleurs sur les vêtements ou les véhicules apportent un peu de vie dans la monotonie de son existence. Même les flash-backs, permettant au lecteur d’un peu mieux comprendre la situation, sont mornes… Pourtant cette histoire qui aurait été tellement mieux en court-métrage (comme initialement prévu) nous fait réaliser la vie quand on a passé l’âge de la pension. Comme si on cessait d’être une fois la barre des 3×20 franchie.

« Ce n’est pas la consécration du trisaïeul, l’apothéose de la douairière, le triomphe du vétéran ! Leur vie est souvent faite d’une succession d’interdictions insupportables, ‘pour leur bien’ […] Si on cessait une bonne fois pour toute de marteler qu’ils sont dépendants et seulement dépendants ? Comme s’il suffisait d’être jeune pour n’avoir besoin de personne. Pourquoi parler de prise en charge et autres mots ‘garde-fous’ ? Par facilité, pour leur proposer de la bienveillance en échange de leur soumission ? » Martine Lagardette, pp96-97

Derriere la colline_Tartamudo_scan2

« Derrière la colline » nous montre la vie des malades d’Alzheimer, des personnes en institution comme cet homme, Monsieur Herault, qui partage sa lassitude avec notre héros, mais aussi celle de Flavie qui habite chez sa fille. Tous trois sont infantilisés, parfois à tort. Si pour Pierre c’est une évidence vu sa mémoire plus que défaillante, les deux autres ont finalement décidé de jouer de ce traitement, l’un jouant les papis gâteux, l’autre les mamies capricieuses. Mais à qui la faute ?

Dès lors, on repense à nos propres aïeux et la façon que nous avons de les traiter. Je persiste à croire qu’en court-métrage, le rendu aurait été meilleur, plus poignant que ce dessin terne comme le ciel au-dessus de la colline, mais ça laisse quand même à réfléchir.

ShayHlyn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :