Liberty Bessie T2

Sur la trace des Maylaros

Scénariste : Jean-Blaise Dijan & Pierre-Roland Saint-Dizier
Dessinateur : Vincent
Editeur : Vents d’Ouest
56 pages.
Genre : Aviation
Sortie : le 14 octobre 2020

Avis de l’éditeur :

Bessie est toujours à la recherche de son père disparu pendant la Seconde Guerre mondiale. Son enquête la mène à Tripoli, où un ferrailleur aurait entendu parler de lui. Mais pour continuer sa quête, elle n’a pas le choix, elle doit changer d’appareil. Son dévolu se jette alors sur un vieil hydravion…

91RcFmdMbhL

Mon avis :

Bessie Bates tombe sous le charme d’un …hydravion S-38 en échange de son modèle DC-3. Pesant deux tonnes, capable de charger 8 passagers, d’une vitesse de 200 km/h, l’engin a permis de sauver de nombreuses vie, à ras bord des lacs ou lors de vies menacées en temps de guerre. Après quelques réparations d’usage, grâce à son ami et mécanicien Max Devercors, ils peuvent arpenter le ciel bleuté avec pour destination Tripoli.

Toujours en quête de son père porté disparu, elle emmagasine les précieuses informations reprises dans le journal de bord de celui-ci. Et sur place, une nouvelle enquête déboule afin de reconstituer le puzzle dans l’éventualité de retrouver son cher père. Tout porte à croire qu’il aurait été vu par les habitants de la tribu Touarègue en plein désert.

91AdrxMLPKL

Considéré comme le meilleur album d’aéronautique de l’année 2019, Liberty Bessie joue les cartes de la finesse aérienne. Le duo de scénaristes Jean-Blaise Dijan & Pierre-Roland  Saint-Dizier nous offrent tout l’étalage technique de l’aéronautique, du moteur, à la vitesse du vent ainsi que des angles d’inclinaison, qui peuvent paraître trop redondants pour le lecteur novice dans ce domaine, mais qui permettent toutefois de nous guider tel un manuel scolaire au travers de ce périple aérien. La grande force de cet album repose sur une qualité graphique resplendissante accentuée par un festival de couleurs lumineuses sonnant justes. Et que dire de certaines planches de toute beauté, telle que la séquence du père de Bessie, s’extirpant de son avion enflammé pour laquelle chaque détail est parfaitement calibré.

Comme son nom l’indique, ce titre projette une énorme liberté, en pur voyage d’aventurier. Poétique, calme et embelli par un graphisme signé Vincent, à qui on doit Chimère 1887, nul doute qu’avec un tel graphisme, l’artiste nous reviendra avec du lourd prochainement.

Coq de Combat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :