Nains T18

Ararun du temple

Scénario : Nicolas Jarry
Dessin : Paolo Deplano
Éditeur : Soleil
Date de sortie : 26 août 2020
Genre : heroic fantasy, aventure, action.

Nicolas Jarry a trouvé comment compliquer la tâche à ses héros, dans un scénario rondement mené. Tandis que le dessin de Paolo Deplano a de quoi surprendre pour sa ressemblance avec un autre illustrateur de la saga…

Présentation de l’éditeur :

Entre l’appétit des puissants et les petites gens, une seule digue, un seul rempart : la garde d’Ysparh.

La cité d’Ysparh est rongée par la corruption. Elle ne tient que grâce à la détermination de sa garde à maintenir l’ordre et l’équité. Le nain Ararun et l’elfe bleue Antalya en sont les redoutés capitaines, l’un pour la finesse de son esprit, l’autre pour le fil de son épée et les deux pour leur obstination légendaire. Alors, quand l’un des princes est assassiné avant des élections, ils sont les seuls capables de démêler cette affaire.

NainsT18_Page_1

Mon avis :

La ville de Ysparh est en effervescence, dans quelques jours se tiendront les élections du « seigneur mestre de la cité », autant dire le président, le détenteur de tous les pouvoirs, le dirigeant absolu. Mais ce 18e tome débute de bien sombre manière : le favori en titre est retrouvé mort dans son lit. Pour un peu, on pourrait croire qu’il s’est endormi pour toujours, mais le duo de capitaines de la garde, Ararun et Antalya, n’est pas dupe : il s’agit d’un meurtre savamment orchestré pour empêcher ce candidat d’être élu grand mestre.

Plus étrange encore, après des années de disparition sans laisser de trace, le fils de ce dernier réapparait, la mine enfarinée, pour prétendre au même titre que son père ; s’accaparant les voix et les accords déjà acquis à la cause de sa famille. Étrange. Suspect dirons-nous même… Mais pour accuser quelqu’un, il faut des preuves et celles-ci ne se trouvent pas aussi facilement. C’est ainsi que malgré les désaccords de leur supérieur, malgré la difficulté, Ararun et Antalya vont traquer la vérité jusqu’au bout de la ville, dans les quartiers les plus mal famés, auprès des bandits à la plus vilaine trogne…

NainsT18_Page_2

Et question trogne, le dessin de Paolo Deplano a de quoi surprendre pour sa ressemblance avec un autre illustrateur de la saga, Pierre-Denis Goux. Et pour cause, à défaut d’être le dessinateur officiel de ce tome, il en est le designer. De quoi perturber un peu les amateurs de cette série qui ont déjà l’habitude de jongler entre les différents graphismes, mais si en plus l’un dirige l’autre : par Yjdad, il y a de quoi en perdre son latin ! D’autant que le chara-design de Paolo Deplano est, d’ordinaire, totalement différent de celui de Pierre-Denis Goux ; un style plus léger, harmonieux, même pour dépeindre un nain d’héroic-fantasy. Pierre-Denis Goux a, quant à lui, cette habitude de leur faire des gros nez plats et une absence de cou les rendant plus « grossiers », ce qui ressort hélas dans ce 18e tome… Par contre, les décors de cette nouvelle ville sont somptueux, permettant aux deux artistes de s’y retrouver pour magnifier tant l’éclat que la noirceur des rues de la ville.

Une ville qui ne cache pas qu’un crime majeur. L’épouse d’un autre candidat au titre de grand mestre a disparu. Autant dire que Nicolas Jarry a trouvé comment compliquer la tâche à ses héros, dans un scénario rondement mené. Le duo atypique entre une elfe et un nain y est pour beaucoup, d’autant que contrairement aux idées reçues dans ce type de récit, c’est l’elfe qui est impétueuse et le nain sage et éclairé. Pas si étonnant, finalement, quand on connait le point de vue de l’auteur depuis le début de cette série spin-off, mais bien loin du combo « Legolas/Gimli » de Tolkien.

Avec « Araraun du temple », le scénariste met en avant l’esprit de déduction de ces deux enquêteurs sans oublier la dose d’action nécessaire pour ne pas sombrer dans un simple polar. Au contraire, chaque étape apporte son lot de bastons, de prises de têtes et de répliques bien senties dans le langage des terres d’Arran.

Des personnages qu’on espère donc retrouver dans de prochaines aventures.
ShayHlyn.

2 commentaires sur “Nains T18

Ajouter un commentaire

  1. « Pas si étonnant, finalement, quand on connait le point de vue de l’auteur depuis le début de cette série spin-off », c’est-à-dire ? Si on prend le parti d’étudier le point de vue, de Jarry, il est très inspiré par contre par le jeu de rôle, et à mon avis Warhammer fantasy 😉 Ce qui est, c’est sûr, loin de Tolkien 🙂 et donc la relation Legolas Gimli telle qu’est exprimé dans les livres est bien plus subtil que dans les films

    J'aime

  2. Effectivement. Je pense que Jarry a pris les « présentations de base » des créatures d’heroic fantasy sans se calquer aux idées reçues. C’est ainsi qu’on peut obtenir des nains dans le commerce, des orcs paisibles,… Je pense qu’il a réussi à donner des qualités, des activités aux personnages qui sortent des sentiers battus sans pour autant dénaturer l’image qu’on a de ces creatures.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :