Sœurs d’Ys

La malédiction du Royaume englouti.

Scénario : Mathiew Tobin Anderson
Dessin : 
Jo Rioux
Éditeur :
Rue de Sèvres
224 pages
Date de sortie : 16 septembre 2020
Genre : contes et légendes.

« Pour votre plaisir, nous allons convoquer les flots.
Grâce à cette clé, nous contrôlons la mer et ses enfants. »

Présentation de l’éditeur :

Ys, est une ville d’une beauté merveilleuse avec son palais et ses jardins aux milieux des mers.

Leur souveraine, Malgven, « Reine du Nord » a utilisé sa magie pour maîtriser les monstres marins et ériger de grands murs qui protègent la cité des eaux tumultueuses. Après son inexplicable mort, ses filles s’éloignent l’une de l’autre. Rozenn, l’héritière du trône, passe son temps sur les landes à communier avec les animaux sauvages, tandis que Dahut, la plus jeune, jouit des splendeurs de la vie royale et tue sans regret ses amants au petit matin. Plus leurs destinées s’opposent et plus Ys se fragilise. Les écluses ne protègent plus la cité confrontée aux assauts de la mer, quel secret cachait la Reine ? Telle l’Atlantide, Ys est-elle condamnée à sombrer dans les abysses ?

pages_de_exe_daughter_vf_bat_page_1

Mon avis :

Quand on dit « cité engloutie », on pense généralement à l’Atlantide, mais il en est une, plus proche géographiquement de nous qui se nommait YS. Une légende celtique revisitée par M.T. Anderson et Jo Rioux. Et on peut dire que pour ne pas se faire taper sur les doigts par quelques Bretons experts en la matière, l’auteur et sa dessinatrice ont su s’appuyer sur les mythes et légendes de cette cité pour nous offrir un récit captivant.

Tout commence avec la rencontre du roi Gradlon et de la reine Malgven. Ensemble, ils vécurent dans le royaume magique d’Ys jusqu’à la mort de la souveraine, laissant derrière elle un mari épleuré (mais vite consolé dans les bras de certaines courtisanes) et deux filles jusque-là inséparables.

Mais on le sait, la perte d’un parent peut provoquer d’innombrables changements. C’est ainsi que l’aînée, Rozenn, se réfugia auprès de mère nature tandis que sa cadette, Dahut, savourait les fastes de la royauté, usant de la magie léguée par sa mère à outrance. Tant et si bien que Ys semblait à la fois au sommet de son pouvoir, mais également aux frontières de sa perte…

pages_de_exe_daughter_vf_bat_page_3

Une légende que Mathiew Tobin Anderson a réussi à narrer avec brio, montrant l’âme même des protagonistes dans cet univers entre Mère Nature et Dame Fortune. Une légende érigée, à sa juste valeur, parmi les meilleurs contes avec un dessin empli de mystère, comme si un voile embrumait l’air de chaque page. Un graphisme assez particulier, mais souvent utilisé pour enrober les épopées mythologiques. Alors bien sûr, on aime ou on n’aime pas, mais l’important est de découvrir cette si tragique légende de nos contrées.

ShayHlyn.

2 commentaires sur “Sœurs d’Ys

Ajouter un commentaire

  1. Sauf erreur il y a même un jeu vidéo style jeu de rôle sur le thème.
    Pour le dessin, faut aimer. Ce n’est pas mon style non plus, mais ce n’est pas la première légende ou récit historique que je vois dans ce style

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :