Donjon Antipodes +10000 – Rubeus Khan

Scénario : Joann Sfar ; Lewis Trondheim
Dessin : Vince
Éditeur : Delcourt
48 pages
Date de sortie :  septembre 2020
Genre : humour


« La vie est un amoncellement de coups de pute et de coups de bol… Ce que m’a fait mon oncle est un coup de pute comme on en croise jamais. »

 

Présentation de l’éditeur

Après un voyage aux origines de Terra Amata avec l’Armée du Crâne, découvrez une nouvelle aventure du Donjon aux « antipodes » des précédentes. Sfar, Trondheim et Vince nous emmènent bien au-delà du « crépuscule »…
Pour lutter contre l’invasion des démons géants surgis des entrailles de Terra Amata, l’oncle de Robert a créé une usine de robots géants prêts à les affronter. Robert, lui, est gardien de nuit dans cette usine. Un travail plutôt tranquille jusqu’au jour où il est accusé de sabotage. Mais le jeune homme est bien décidé à faire la lumière sur son innocence.

donjon antipodes +10000_pl

Mon avis

En ce début d’année de la BD, paraissait une nouvelle aventure dans un nouvel univers de la saga du Donjon imaginée par Sfar et Trondheim. C’était en janvier dernier et je vous en parlais ici. Nous voici donc 10 mois plus tard, avec un nouvel opus de Donjon Antipodes, numéroté +10000 et dont les rivières de soupe de pangolin qui s’écoulent depuis, ne semblent pas avoir ébranlé les fondations. Normal, comme vous l’avez remarqué ce tome comporte le n° +10000. Nous avons donc fait un petit voyage temporel et retrouvons la famille Vaucanson en la personne d’un certain Robert, gardien de nuit dans une usine, qui se retrouvera confronté à des milliardaires véreux, des robots géants et des démons horribles.

Bizarre et déroutant de découvrir cet univers dans un décor et une ambiance futuriste qui place cette aventure à 10000 lieues de l’héroïc fantasy originelle. Il y a bien toujours les mêmes recettes, de la bagarre, des situations idiotes et loufoques, des personnages complètement barrés et des références à gogo assez décalées. On commence par Robert dont le physique est un drôle de mélange de Donald Duck et Popeye, puis ces robots qui ressemblent à Goldorak ou encore ce chien qui a la tête du Diabolo de Satanas, sans parler de l’Ourse Mimi, nymphomane patentée, dont la tête fait penser à Maman ours dans petit ours brun !

Bref, ça déconne à plein tube, et cette incursion dans le futur de Terra Amata, si elle nous fait perdre nos repères n’en laisse pas moins présager d’un potentiel intéressant. Et puis passer dans la même série de la HF à la SF, c’est plutôt marrant.

Loubrun

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :