L’espion de César T1 : Memento Mori.

Dessin : Fafner
Scénario : Jean-Pierre Pécau.
Éditeur : Delcourt.
Sortie : 9 septembre 2020.
76 pages.
Genre : Rome antique, péplum.

« Il n’est pas bon de laisser des ennemis derrière soi ».

l'espion de césar memento mori

Le résumé éditeur.

Lorsque le pirate mercenaire gaulois Coax rencontre, au terme d’un pillage, un jeune romain en fuite, il n’est pas encore gladiateur mais il finira dans l’arène une fois la rançon du romain versée et sa revanche prise sur Coax. Ce jeune romain répond au nom de Caius Julius César et les deux hommes sont amenés à se recroiser car leur destin est intimement lié.

Mon avis.

L’air de rien si vous suivez un peu la BD, vous pouvez facilement reconnaitre un style graphique rien qu’à l’origine géographique de son dessinateur. Rien qu’en regardant la couverture, je me suis « ça, c’est du balkanique » !
Бинго, Fafner est en effet né en Serbie et a déjà travaillé avec JP Pécau pour la série Jour J. Je dois avouer que je ne suis pas un grand fan de cette touche « Kordey and Co » mais ici la composition passe plutôt bien vu le souci du détail qu’apporte l’auteur.
Je pourrais même parler d’esthétisme glacial, une impression encore accentuée par des phylactères strictement rectangulaires et une colorisation des plus froide mais réellement convaincante. Comme l’histoire est un concentré de sang, de cris et de rage, ça colle assez bien au sujet. Le personnage principal, le fameux Coax (le corbeau) ressemble assez bien à Conan, des cheveux hirsutes, un torse de bodybuilder et des cuisses surdimensionnées. Bref, une belle machine de guerre. Sinon, j’ai trouvé le récit qui mélange habilement la grande et la petite histoire, un peu trop basique. On a en somme des bons massacres à l’arme blanche et une bonne vengeance saupoudrée de batailles homériques. J’ai néanmoins bien apprécié les joutes verbales entre César et son espion. César qui en impose par sa posture et sa haute opinion de lui-même. On ne peut en dire autant du personnage de Coax, certes intéressant pour ses origines mais avec une empathie qui frôle le zéro absolu.
Une histoire correcte mais dont on peut en lire des centaines actuellement vu la profusion des titres.
Avé César !

Légionnaire Sambum.
Inscrivez-vous à la newsletter.

3 commentaires sur “L’espion de César T1 : Memento Mori.

Ajouter un commentaire

  1. C’est vrai qu’il y a profusion de titres de HF avec des héros bodybuildés, un genre que je déteste… avec sa couv d’un personnage au graphisme grossier alors que les décors intérieurs sont superbes !🙄

    J'aime

  2. Kordey à un dessin sublime malheureusement trop souvent pourri par des colorisations ratées. Il faut voir ses planches en noir et blanc pour s’en rendre compte.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :