New Cherbourg Stories

Scénario : Pierre Gabus
Dessin : Romuald Reutimann
Éditeur : Casterman
72 pages
Date de sortie :  mars 2020
Genre : aventure


Aventure, mystère et fantastique dans un Cherbourg imaginaire !

 

Présentation de l’éditeur

Alors qu’une créature sous-marine d’origine inconnue s’échoue sur la plage de New Cherbourg, un dossier top secret de la plus haute importance est dérobé au service de contre-espionnage de la ville. Fort heureusement, les frères Côme et Pacôme Glacère veillent, aidés par leur nouvelle recrue Julienne et son jeune frère Gus, un éleveur d’oiseaux dégourdi. Ensemble, ils mènent l’enquête sur terre et sous la mer, à la découverte d’un monde mystérieux et fascinant…

new cherbourg stories_pl

Mon avis

Difficile de classer cette nouvelle série créée par les auteurs de l’étonnante Cité 14. Ce volume regroupe deux histoires publiées dans le quotidien La presse de la Manche en août 2018 et août 2019. On sent bien l’esprit feuilletonesque qui anime les auteurs et qui ont prouvé leur savoir faire en la matière sur la série feuilleton Cité 14.

Ils nous plongent cette fois-ci dans un univers qui nous parait à la fois familier et étrange. La ville de Cherbourg qui sert de décor ressemble à celle de la Belle Epoque dans l’architecture et les costumes et l’on s’attend à une banale histoire policière. Mais très vite en fait on voit une ville réinventée, et l’on est confrontés à une multitude d’univers qui s’entrecroisent où se mêlent uchronie, fantastique, aventure, espionnage, humour …

Ainsi, plusieurs intrigues se chevauchent et constituent les pièces d’un puzzle qui peut devenir sans limites : une histoire de créature fantastique qui s’échoue sur une plage, un monde parallèle et une civilisation aquatique avec laquelle des relations diplomatiques sont secrètement engagées, une histoire d’espionnage avec son lot de situations rocambolesques … Pour lier toutes ces intrigues, les auteurs mettent en scène une galerie de personnages tous attachants et étonnants, comme ce gamin qui dresse des goélands ou ces deux espions qui ont la capacité de se transformer en statue de pierre.

Côté dessin, on a un mélange de décors réalistes et de personnages aux traits semi-réalistes assez épurés, notamment pour les visages. Les deux se marient bien et donnent un ton assez léger et plaisant à l’ensemble.

Ce feuilleton démarre sur de bonnes bases et cette mise en place donne envie de suivre les prochains épisodes.

Loubrun

 

 

 

2 commentaires sur “New Cherbourg Stories

Ajouter un commentaire

  1. Voilà une chronique et un album qui attisent la curiosité par son ambiance spéciale.
    Le mot désuet « feuilleton » remplacé aujourd’hui par « série » me rappelle ma jeunesse quand j’écoutais « La famille Duraton » ou « Bons baisers de partout » (avec l’adjudant Tifrisse🤣) à la radio et colle bien à cet album.
    Les décors extérieurs sont très soignés par rapport aux personnages (je m’en suis rendu compte en réalisant la bannière).
    Bref, ça a l’air sympa.😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :