Mishima-Ma mort est mon chef d’oeuvre

Scénario : Patrick Weber
Dessin : Li-AN
Éditeur : Glénat-Vent d’Ouest
248 pages
Date de sortie : 09/10/2019.
Genre : Littérature/Histoire/Politique/Mort.

« C’est le livre d’une jeune vie et, pourtant je n’y lis que la mort »

Présentation de l’éditeur:

« Ma mort est mon chef-d’œuvre »

Pour beaucoup, Yukio Mishima reste un mystère. Écrivain de génie, épris de tradition et de modernité, basculant de la création à la destruction, esthète de toutes les ambivalences et de toutes les controverses, il livre un regard sans précédent dans le paysage culturel japonais et mondial. Celle d’un homme qui a incarné à la fois toute la grandeur, les échecs et les contradictions du Japon de l’après-guerre. Un personnage fascinant qui achèvera son œuvre de façon spectaculaire à travers un ultime acte : la mise en scène de sa propre mort.  Avec Mishima, Patrick Weber raconte la vie de cet artiste flamboyant, s’inspirant en partie de son célèbre livre Confessions d’un Masque. Faisant appel au dessin tout en finesse de Li-An, il livre un roman graphique passionnant et subtil qui permet d’entrevoir une période cruciale de l’histoire du Japon contemporain.

Mishima_1

Mon avis:

Tout d’abord je vous souhaite un Joyeux Noël, j’espère que vous avez passé un bon moment que vous ayez fêté ou non !

Vous parler de cette œuvre est plutôt difficile car Mishima (de son vrai nom Kimitake) est un homme des plus complexe et son œuvre aussi. A vrai dire, je l’ai découvert par hasard et comme j’en avais entendu parler j’ai décidé de chroniquer ce roman graphique. Kimitake naît dans une famille traditionnelle japonaise, très tôt il est enlevé à sa mère par sa grand-mère paternelle qui va le couver à l’extrême et l’élever selon ses principes. Il ira finalement à l’école et sera appelé à servir dans l’armée mais sera déclaré finalement inapte au service en raison de soucis de santé.

Mishima_2

Très tôt il est fasciné par l’art et par l’écriture, mais Kimitake est également très jeune fasciné par la mort et les œuvres en rapport avec ce thème. Il a de bonnes aptitudes pour écrire mais son père juge que ce n’est pas un métier et que ce n’est pas honorable, aussi il se crée un pseudonyme afin de publier en secret « Mishima ». Il deviendra finalement fonctionnaire tout en écrivant et en étant très exigeant envers lui-même et en ayant également une très très haute opinion de sa personne et de son talent et œuvres. Il fera même du théâtre, des expositions photos, du sport à outrance etc.

Homosexuel, il finira quand même par se marier et avoir des enfants, sa future épouse est prévenue d’avance ! Elle devra rester à sa place et ne pas émettre d’objections quant au style de vie qu’il mènera à côté.

Mishima_3

Une autre facette de Mishima, et ce qui créera son drame en quelque sorte c’est aussi son engagement politique pour un japon réunifié à la mode « ancienne » si l’on peut dire. Il créer sa propre milice et met en avant les qualités des samouraïs d’autrefois dont un de ses ancêtres faisait partie. Il aimerait faire entendre raison au gouvernement, à l’armée pour revenir à d’autres valeurs que celle du capitalisme qui envahit son pays et le détruit selon lui !

En 1970 il tente un coup de force au quartier général des forces d’autodéfense afin de faire un discours, mais avec le bruit des hélicoptères, des gens qui crient etc il ne se fait pas entendre… Mishima décide de se faire seppuku avec l’aide d’un de ses amis proches de sa milice. Mishima était un homme qui réalisait toujours ce qu’il disait et sa mort était selon lui la plus grande de ses œuvres qu’il avait minutieusement préparée.

Ce n’était pas un ouvrage facile à lire et à comprendre autant du point de vue du personnage et de sa complexité mais aussi du climat politique du Japon. Or, cela joue un rôle primordial dans la vie et la mort de Mishima.

Par contre au-delà de la complexité, c’est un très beau roman graphique comme je les aime, qui traite d’un aspect historique et pour ma part d’un personnage que je ne connaissais pas du tout mais dont les livres sont célèbres. Il y a d’ailleurs une petite bibliographie à la fin de ses meilleurs œuvres littéraires ainsi qu’une chronologie sur les grands moments de sa vie jusqu’à son suicide.

Alors, alors… Si vous n’avez pas encore trouvé de cadeau pour un mordu de BD engagée et historique je dirais que vous venez de le trouver ^^

En vous souhaitant encore de bonnes fêtes.

Ithilwen/Sandra.

3 commentaires sur “Mishima-Ma mort est mon chef d’oeuvre

Ajouter un commentaire

  1. Un récit déroutant vu la complexité du personnage et de son contexte nippon. Une lecture exigeante mais assez intéressante pour la recommander.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :