The Red Clay chronicles

Scénario : Jérémie Guez
Dessin : Roland Boschi
Éditeur : Glénat
144 pages
Date de sortie :  6 novembre 2019
Genre : western


« Va, fais couler le sang… et reviens-nous le plus fort des guerriers »

 

Présentation de l’éditeur

Kansas, 1854. Un enfant échappe au massacre de sa famille par une bande de desperados. Recueilli par des Comanches alors qu’il erre, délirant, en pleine forêt, il devient membre à part entière de la tribu. Entraîné à tuer, il devient Red Clay, un enfant assassin et participe à des razzias d’une violence inouïe – sa peau blanche est un atout pour s’infiltrer en territoire ennemi. Devenu homme, Red Clay s’apprête ensuite à partir pour le Texas, pour prendre part aux guerres indiennes contre les États-Unis et le Mexique. Mais avant de s’assurer du triomphe de la nation Comanche, il a un compte à régler…

the red clay chronicles_pl

Mon avis

Un jeune blanc recueilli, élevé et éduqué par une tribu indienne, ça n’est pas vraiment inédit en western. Tout récemment même avec le bel album John Tanner. Ici, le romancier Jérémie Guez, dont c’est la première bande dessinée, nous propose une histoire de vengeance très classique où la violence et la sauvagerie sont clairement assumées. Il n’y a pas de place pour le sentimentalisme, et ce, dès les premières pages. C’est la soif de vengeance qui anime de bout en bout ce récit et le jeune indien blanc qui usera de tout ses atouts pour arriver à ses fins. Pour donner un peu de consistance au récit entre les séquences où la violence est de mise, un compagnon de chevauchée est adjoint à Red Clay, lui servant aussi bien de guide que de renfort armé.

Dessiné par Roland Boschi, un auteur français américanisé qui a participé à de nombreux projets chez Marvel, le livre est découpé en 4 chapitres d’une vingtaine de pages comme on le voit la plupart du temps dans les comics books US. Le dessin au lavis est de très bonne facture, et fait correctement le job en usant de grandes cases et d’un découpage dynamique offrant rythme et puissance au récit.

Le livre se termine sur un copieux cahier graphique comportant story board, planches en noir et blanc, illustrations et interview des auteurs.

Loubrun

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :