la guerre des autres – tome 2 – couvre-feu sur Beyrouth

Scénario : Bernard Boulad
Dessin : Gaël Henry
Éditeur : La Boîte à Bulles
157 pages
Date de sortie :  13 novembre 2019
Genre : chronique sociale, documentaire


Témoignage sobre et émouvant au cœur d’une famille libanaise qui vit les sources d’un conflit fratricide qui aura duré 15 ans.

 

Présentation de l’éditeur

Au pays des cèdres, la guerre civile s’installe à coups de bombardements, de massacres et de précaires cessez-le-feu. Les pénuries se font sentir, les bombes et les attentats se rapprochent de l’immeuble de la famille Naggar, dont la librairie bat sérieusement de l’aile. Les amis de la famille commencent à déserter, partant s’installer en France ou au Canada. Finie la dolce vita !
Tout cela n’empêche pas Yasmine de passer son bac, Kamal de préparer son nouveau film amateur ni Alex de tomber amoureux pour la première fois…
Mais, malgré une trêve estivale porteuse d’espoir, le ciel s’assombrit de nouveau au-dessus du Liban. Les Naggar pourront-ils rester, eux qui ne se réclament d’aucun parti, si ce n’est celui de la douceur de vivre ?
La fin d’un diptyque poignant sur le quotidien d’une famille libanaise aux prises avec une guerre qui ne les concerne pas.

la guerre des autres t2_pl

Mon avis

La guerre des autres raconte les premières heures de la guerre civile qui a saigné le Liban durant 15 longues années, de 1975 à 1990. Sur deux albums, Bernard Boulad met sa famille en scène avec simplicité en invitant le lecteur à vivre avec elle les premiers soubresauts et les premières tensions qui mèneront à la guerre. Il ne s’agit pas ici de leçons d’histoire sur la guerre du Liban, même si on en appréhende quelques bribes lors des discussions entre les protagonistes, permettant de comprendre un peu certains aspects de ce conflit compliqué. Il s’agit juste de l’histoire d’une famille tout ce qu’il y a de plus basique et normale, composée d’une mère baba cool amoureuse de son meilleur ami gay, d’un père libraire, coureur de jupons, fan de L’Écho des savanes et de trois ados mordus de cinéma. Une famille formidable avec son lot de petits conflits internes et problèmes de couple, qui vit comme elle peut et surtout qui se tient à l’écart des conflits politico-religieux qui minent le pays. Une famille comme tant d’autres qui sera déracinée par la guerre et qui jusqu’au dernier moment aura refusé d’admettre qu’un vrai conflit était en train de naitre.

Deux volumes qui se lisent comme un journal intime et qui montrent avec pudeur et retenue les angoisses, les peurs, les colères et les galères de cette famille Libanaise, jusqu’au parcours du combattant pour obtenir tous les papiers nécessaire à l’exil.

Gaël Henry met en scène sobrement ce récit. Il use d’un trait rond et souple accompagné d’une colorisation douce dans les tons ocre et sépia, qui offre un contraste entre la douceur de vivre et la violence croissante, et laisse toute la force aux textes et dialogues.

Voilà un document précieux, au ton juste, qui rend un bel hommage à tout un pays encore marqué aujourd’hui par les séquelles de cette guerre. Comme le dit Bernard Boulad dans sa postface : « une fois plantés, les germes de la guerre sont indéracinables pendant des générations« .

Loubrun

 

 

 

le tome 1

la guerre des autres t1_couv

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :