Le Boiseleur – 1. Les mains d’Illian.

Dessin : Gaëlle Hersent.
Scénario : Hubert.
Editeur : Soleil
Sortie : 16/10/2019.
94 pages.
Genre : Art, musique, conte, Imaginaire.

Résumé de l’éditeur:

En ces temps fort lointains habitait dans la ville de Solidor Illian, jeune apprenti sculpteur. Son habileté ravissait l’impitoyable Maître Koppel, délesté ainsi de la plupart des tâches de sculpture. Les habitants de Solidor avaient développé une passion pour les oiseaux exotiques, et chaque maison comportait au moins une cage en bois, avec au moins un oiseau. Les écouter enchantait Illian. Un soir, tandis qu’il fignolait un petit rossignol sculpté dans un rebut de bois, Maître Koppel surgit, furieux, avant d’être apaisé par sa fille, émerveillée par la sculpture. Une sculpture dont ils étaient, à cet instant, loin d’imaginer les répercussions sur toute la ville…

boiseleur_1

Mon avis:

J’ai été émerveillée par ce joli conte et j’ai très envie de savoir la suite (oui bah vu qu’il s’agit du tome 1 je me dis que…). Il s’agit ici d’un univers enchanteur au sens propre comme au figuré car le thème principal réside dans les oiseaux, leurs chants et leurs cages.

Evidemment comme dans toute bonne histoire qui se respecte il faut un méchant ! On peut dire que Maître Koppel remplit ce rôle à merveille, vil, imbu de lui-même et surtout vénal, son point faible est son adorable fille dont Illian est amoureux et je subodore que la jouvencelle ressent les mêmes élans.

boiseleur_3

A Solidor tout le monde possède un oiseau voire même plusieurs et chacun en fonction de ses moyens veut le plus bel écrin pour sa petite boule de plume. Illian rêve de posséder un oiseau mais hélàs, il ne gagne rien en tant qu’apprenti et ne peut se permettre même pas l’oiseau le moins cher. Il décide donc de sculpter un oiseau en bois pour remplacer celui qu’il ne peut s’offrir. Maître Koppel l’accuse de vol car il a utilisé une chute de bois. Heureusement la fille du patron tombe en admiration devant la sculpture ce qui sauve Illian mais qui ne sauvera pas les oiseaux de la ville !

Je trouve que les dessins de cet ouvrage méritent d’être soulignés, ils sont vraiment magnifiques et très détaillés. Les grandes planches sont pleines de petits moments de la vie quotidienne et il faut prendre le temps de les observer à son aise. Cela ajoute à l’univers enchanteur que dégage l’histoire.

Pour ma part, j’ai réellement beaucoup apprécié cette œuvre surtout dans cette grisaille de novembre ça met de la lumière et de la musique of course !

Je vous invite à plonger dans cet univers chamarré et à suivre le talent d’Illian 🙂

 Ithilwen/Sandra.

3 commentaires sur “Le Boiseleur – 1. Les mains d’Illian.

Ajouter un commentaire

  1. Les dessins ont l’air sympa et c’est d’autant plus dommage qu’on ne puisse les voir plus grand d’autant que les polices de texte semblent petites ! 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :