Le jardin de Daubigny

Scénario : Bruno De Roover
Dessin : Luc Cromheecke
Éditeur : Anspach
64 pages
Date de sortie :  septembre 2019
Genre : biographie


Un roman graphique explorant le vie du peintre Charles-François Daubigny, une des influences majeures de Vincent Van Gogh.

Présentation de l’éditeur

Charles-François DAUBIGNY a été l’un des premiers artistes à ne pas se cantonner dans son atelier. Il préférait travailler en plein air, Il lui arrivait souvent de peindre en descendant la Seine en bateau. Dans la nature, l’artiste doit se presser, car le paysage qu’il a sous les yeux change constamment. Ses tableaux sont donc des instantanés de scènes fugaces. D’après les critiques d’art, les coups de pinceaux hâtifs de Daubigny donnaient des toiles «inachevées», voire des « barbouillages ». Malgré ces premières appréciations, Daubigny allait devenir l’un des principaux précurseurs d’un nouveau courant artistique, l’impressionnisme, et servir de modèle à d’autres grands noms de la peinture, notamment MONET, MANET, CEZANNE, COURBET, COROT et VAN GOGH. Ce dernier, qui appréciait énormément l’œuvre de Daubigny, a peint son jardin à plusieurs reprises (« Le Jardin de Daubigny », 1890).

le jardin de daubigny_pl

Mon avis

Les amateurs d’art et de peinture connaissent sans doute cette toile de Van Gogh. Le Jardin de Daubigny peint en 1890 par Van Gogh fut d’après le maitre « l’une de [mes] toiles les plus voulues ». Charles-François Daubigny ne fait en revanche pas partie des noms de peintres les plus connus du grand public. Ce fut pourtant l’un des précurseurs du mouvement impressionniste et son travail fut notamment très apprécié de Van Gogh. Épicurien, aimant la vie et tous les plaisirs qu’elle peut offrir, ce peintre moderne pour l’époque s’est vite affranchi des codes des salons d’expositions parisiens et s’en est allé peindre ce que la nature lui offrait à voir. A bord de son petit atelier flottant, le Botin, il parcourt la Seine et l’Oise et retranscrit de manière fugace ce qu’il voit.

En 9 chapitres courts, les auteurs racontent rapidement la vie de Daubigny et la naissance du courant impressionniste. 9 chapitres traités avec légèreté et humour retranscrivant l’état d’esprit du peintre.

Graphiquement, Luc Cromheecke, plutôt habitué à l’humour, au non-sens et à l’absurde (l’île carrément perdue, Tom Carbone), signe là sa première histoire réaliste. On peut regretter qu’il ai conservé le même trait que dans ses autres œuvres. Un style humoristique type gros nez au trait manquant de précision. Un style qui donne une impression de BD humoristique, ce que cet album n’est pas.

Sans être ni génial ni véritablement passionnant, cet album a le mérite d’ouvrir une porte sur le monde de la peinture et d’inviter qui s’y intéresse à aller plus avant dans la découverte de ce peintre.

Loubrun

 

 

 

Vincent_Willem_van_Gogh_021

le jardin de Daubigny – Vincent Van Gogh – 1890

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :