Les Mauvaises Herbes

Scénario et dessin : Keum Suk Gendry-Kim
Éditeur : Delcourt
Pages: 480
Date de sortie : 26/09/18
Genre : Témoignages, histoires vraies, guerre

« Même si elle devient sourde, ça ne l’empêchera pas de recevoir des soldats. »

Résumé de l’éditeur:

Un ouvrage bouleversant, richement documenté, le témoignage d’une femme par une femme, qui retrace non seulement le parcours d’une vie, mais, à travers lui, tout un pan de l’histoire moderne de la Corée du Sud.

1943, en pleine guerre du Pacifique, la Corée se trouve sous occupation japonaise. Sun, 16 ans, est vendue par ses parents adoptifs comme esclave sexuelle à l’armée japonaise basée en Chine. Après avoir vécu 60 ans loin de son pays, Sun revient sur sa terre natale. L’histoire d’une « femme de réconfort » qui en dit long sur l’histoire avec un grand H.

mauvaisesHerbes-4

Mon avis:

Un pan de l’Histoire que je connaissais mais assez vaguement et quand j’ai vu cet ouvrage en proposition j’ai littéralement bondi dessus. Pour ceux qui me lirait, je crois que ça se voit clairement que je suis passionnée d’Histoire et que je l’ai souvent dit et redit d’ailleurs.

Ce témoignage était bouleversant, on comprends très aisément ce qui se passe sans que des mots ou des dessins crus ne le représentent. Et je tiens à dire que dans cette BD les dessins accompagnent vraiment le récit et c’est d’ailleurs expliqué en fin d’ouvrage. Les mauvaises herbes dessinées (qui est également le titre de l’ouvre) représente les femmes de réconfort courbées par le poids de leur fardeau et leur tristesse. En lisant, je me disais que ça me faisait penser à des silhouettes tristes et penchées en avant et en fait c’était exactement ça.

mauvaisesHerbes-1

C’est vraiment une histoire très triste en fait mais que je qualifierais vraiment de nécessaire, encore un morceau d’histoire de ce monde peut-être méconnu. Il est étonnant de voir que cette vieille dame qui raconte sa vie garde finalement un humour et un sourire… La nature humaine et notre capacité, résilience à dépasser les pires horreurs de la vie m’étonnera toujours ! Un témoignage fort et poignant qui montre encore une chose : ce sont les femmes et les personnes lambda qui n’ont rien demandées qui paient encore et toujours et ce sans brandir ma pancarte de féministe il faut avouer que c’est vrai.

Je pense sincèrement qu’il vaut la peine d’être lu, pour toutes ces femmes et les millions d’autres abusées, torturées et persécutées à travers le monde et pour ne pas oublier que cela a existé et existera probablement encore. Le devoir de mémoire donc…

Je n’ai pas beaucoup parlé du contenu en lui-même mais je pense que le résumé de l’éditeur en dit long assez et je m’axe sur ce qui m’a marquée le plus. J’ai peur d’en dire trop sur l’histoire en elle-même mais sachez qu’elle se mariera avec un homme qui a abusée d’elle pour un œuf… Elle finira par aimer cet homme et après sa captivité le retrouvera car elle sera loin de sa famille et qu’elle sera rejetée par toute la société qui ne verra en elle qu’une « putain collaboratrice avec l’ennemi ».

Je vous laisse découvrir le témoignage de cette petite dame âgée au tempérant exceptionnel.

Sandra

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :