Route 66

Scénario : Georges Abolin
Dessin : Georges Abolin
Éditeur : Bamboo
46 pages
Date de sortie :  mars 2019
Genre : humour


Un road-trip à moto aussi grisant que la route 66 !

Présentation de l’éditeur

1977. Depuis la mort de sa femme, Michel s’enfonce peu à peu et végète dans sa station essence du périphérique. Mais lorsqu’il oublie de fêter les 18 ans de sa fille Fannie, et qu’elle décide de fuguer direction les États-Unis, c’est le déclic. Michel part à Chicago, avec son pote Gérard, retrouver son cousin Aldo. Ensemble, ils parcourent à moto la mythique route 66 à la recherche de Fannie. Sur cette route pleine d’espoir, ils croiseront des personnages hors du commun qui marqueront à jamais leur nouvelle vie.

route 66_pl

Mon avis

Encore une BD chez Bamboo qui fait tourner les bielles, qui sent le cuir, le pneu chaud, l’huile moteur et l’essence. Moi, j’aime ça les gags de motards, même si il faut bien l’avouer c’est toujours un peu la même chose et que à ce jour personne n’a encore égalé l’excellent Joe Bar Team (à part peut-être la série Même pas peur de Satô). Mais avec cette Route 66, on a quelque chose d’un peu différent. Finis les gags potaches en une planche. Georges Abolin nous propose un vrai scénario avec un fil conducteur faisant le lien entre les gags, et des personnages ayant une histoire les rendant attachants. Bon, on trouvera bien quelques blagues éculées déjà vues dans ce genre de BD, mais ça n’est pas le fond de commerce de cet album.

Michel, le personnage principal s’embarque dans un road trip thérapeutique qui lui fera le plus grand bien, avec son lot d’émotions, de tendresse et de bonne tranches de rigolade avec ses potes. On prend clairement plaisir à le suivre dans ses délires et à souhaiter la réussite de son entreprise.

Pour pimenter cette histoire touchante et sympathique du père et de la fille qui se retrouvent, l’auteur a eu la bonne idée de mettre sur leur route quelques icônes des années 70 plus ou moins faciles à reconnaitre. Pour les plus faciles, Elvis, De Niro, Johnny, Andy Warhol, et Coluche pour le personnage principal, quant aux autres … il faut chercher un peu dans les arrières plans pour en dénicher !

Graphiquement, on est dans le style caricature gros nez qui colle parfaitement à ce genre, avec décors et bécanes bien soignés.

Un album bien sympa, qui ne s’adresse pas qu’aux motards.

Loubrun

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :