Quand j’avais ton âge

Scénario et dessin : Katja Klengel
Éditeur : Casterman
Pages: 144
Date de sortie :  29/08/18
Genre : Sentimental, vieillesse, famille

« Je suis vieille c’est tout. Si tu te lèves le matin et que tu n’as pas mal ça veut sans doute dire que tu es morte »

Résumé de l’éditeur:

Lilli, la vingtaine, chante dans un groupe de rock et sort avec Johannes. Si elle doute de cette relation et galère à trouver un boulot sérieux, elle essaie toutefois de donner le change, surtout à sa grand-mère, Rosalie, qui vient de perdre son mari et qui a beaucoup de mal à surmonter son deuil.
Petit à petit, les deux femmes se rapprochent, échangent sur leur expérience avec les hommes, tentent d’aller de l’avant malgré les difficultés quotidiennes, les peines et les trahisons. Malgré leur différence d’âge, elles vont réapprendre ensemble à faire confiance et à aimer.
Un double récit de filiation, simple et contemporain.
Sans titre 1
Mon avis:
Pour commencer j’ai honte mais j’ai honte… Ah j’ai du retard ça oui, toutes mes excuses. J’avais pourtant adoré cette petite BD reçue avant les fêtes de fin d’année mais j’ai été malade et je l’ai oubliée sur le coin de mon bureau sous une pile de vieilles feuilles de cours 🤭
Bon me lamenter ne servira à rien, j’espère juste que vous n’allez pas trop en tenir rigueur. Moi j’ai été particulièrement touchée par cet ouvrage, je me voyais un peu avec ma mère car elle et moi avons 34 années d’écart plus ou moins. J’en ai bientôt 35 et elle ben 69 et elle a beaucoup de souci de santé bon ok je m’étale je voulais juste expliquer pourquoi je me suis sentie proche de Lilli avec sa grand-mère.
Sans titre 2
C’est Rosalie d’un certain côté qui la sauvera de ses déboires amoureux et la poussera à croire encore en l’amour et Lilli en fera de même de son côté. Elles se sont rendues la pareille, la boucle est bouclée selon moi. Il y a une vraie transmission entre générations et c’est ça qui m’a touchée particulièrement, comme un message de grand-mère à petite-fille, quelque chose d’important qu’il ne faut pas oublier et toujours garder comme objectif : vivre et être heureuse.
Le style épuré des dessins renforce les émotions mais j’ai également apprécié les petites touches d’humour pince-sans-rire. Rosalie malgré son âge, son veuvage et sa maladie ne manque décidément pas de piquant ni de cynisme.
Sans titre 3
Piquant et touchant je vous le conseille pour le message qu’il véhicule et toute la tendresse qui s’en échappe. A déguster avec une tasse et un biscuit comme à l’ancienne. Douce lecture.

 

Sandra | Ithilwen

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :