Katanga – tome 3 – dispersion

Scénario : Fabien Nury
Dessin : Sylvain Vallée
Éditeur : Dargaud
66 pages
Date de sortie :  janvier 2019
Genre : aventure


« L’histoire de l’Afrique… A quoi ça tient. »

Présentation de l’éditeur

Le Katanga est aujourd’hui une province du Congo. Fabien Nury et Sylvain Vallée revisitent un moment clé de son histoire très contrariée, dans les années soixante… On y rencontre des mercenaires sans foi ni loi, des hommes politiques corrompus jusqu’à l’os, des anciens nazis, des victimes annoncées… Aucun idéalisme dans ce récit violent, iconoclaste et pour autant jubilatoire, qui aborde sans concession les sujets du racisme et de l’argent.

katanga t3_pl

 

Mon avis

Fin de ce triptyque coloré et mouvementé qui nous aura trimballé dans cette Afrique agitée par les soubresauts de la décolonisation et les prémices du néo colonialisme. Si l’argent n’a pas d’odeur, c’est sûr qu’il rend fou ! C’est pareil avec les diamants, voire pire. Une mallette remplie de ces cailloux brillants ne laisse personne indifférent, entrainant dans un maelstrom de violence et de folie, mercenaires, anciens domestiques, diplomates, politiciens, hommes d’affaires. Tous pourris et corrompus jusqu’à la moelle.

Cet ultime tome révèle les vrais caractères et les vrais visages de tous les protagonistes dans un déluge d’action et de revirements de situations. C’est tout simplement jubilatoire que de suivre tout ce petit monde dans cette aventure autant immorale qu’enivrante. L’auteur réussi à captiver le lecteur par cette histoire vouée à une fin des plus tragique et ou aucun des personnages ne suscite un quelconque attachement.

Pas de doute, Fabien Nury est actuellement le maitre de la fiction historique et fait ici parler avec maestria son talent de narrateur et de dialoguiste. On associe à ce talent celui de Sylvain Vallée qui n’a pas son pareil pour nous sortir des trognes caricaturales transpirantes d’expressivité, et l’on obtient une série fascinante qui se lit d’une traite et s’apprécie comme un bon vieux whisky. C’est tellement bon et fort qu’on en veut encore, et tant pis si ça nous fait tourner la tête !

Mais comme pour le bon vieux whisky, il ne faut point trop en abuser et c’est donc plutôt une bonne chose que d’avoir conclu cette aventure en trois tomes, avec une vraie fin qui nous rappelle que l’Histoire n’est qu’un éternel recommencement.

A lire sans modération !

Loubrun

 

 

 

Comble de la perfection, où les trois couvertures mises côtes à côtes forment une histoire à elles seules.

2 commentaires sur “Katanga – tome 3 – dispersion

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :