Sambre T.8

Celle que mes yeux ne voient pas …

Auteur : Yslaire
Editeur :Glénat
Genre : Historique – Dramatique
72 pages
Sortie : le 28 novembre 2018

Une œuvre prestigieuse qui nous tétanise de bonheur à chaque page.

Avis de l’éditeur :

Ce huitième volume de la saga qui en comptera neuf, marque le point d’orgue de l’ultime trilogie qui verra la fin des Sambre. Après trente ans de maturation, une apothéose, pour conclure l’œuvre d’une vie. Le chef-d’œuvre d’Yslaire.

Mon avis :

Du haut de ses 14 ans, Bernard-Marie Sambre passe des nuits agitées, rêvant d’une inconnue et des journées qu’il comble seul, se réfugiant dans la nature, fasciné par les insectes, et particulièrement les papillons. Vivant avec sa tante Sarah devenue aveugle et aidée par la bonne Rosine, les interactions entre Bernard-Marie et la dernière membre de sa famille ne sont pas au mieux. Lors de l’une de ses sorties dans les bois de Surennes, il apprend de la bouche de la sorcière Neff, que sa mère Julie serait toujours de ce monde.

En parallèle, nous suivons le parcours d’une certaine Judith Juin, une jeune prostituée de 14 ans qui offre ses charmes pour deux jetons la passe. Judith possède l’œil rouge, signe distinctif des Sambre et travaille quotidiennement à la Maison close « Au pays des Sphynges ». Son nouveau client : Armand Dufour en pince méchamment pour elle et rachète l’entièreté de sa dette.

D’autre part, Bernard-Marie décide de monter sur Paris…son destin le réclame !

PlancheA_351232

Fascinant, Intriguant, jouissif ! Quelques adjectifs modestes pour peindre et décrire l’univers envoûtant des Sambre. Série culte de la BD franco-belge où chaque case est minutieusement détaillée. Mélange subtil de poésie, de frénésie, de romance endiablée, de beauté et d’horreur.

Yslaire parachute littéralement le lecteur et le manœuvre avec délicatesse. Un 1er tome à l’époque vendu à plus de 250000 exemplaires, tout en continuant par la suite à fidéliser de nouveaux adeptes.

Chaque Sambre, de par les époques, qu’il soit bon ou mauvais, tendre ou mélancolique, avide de pouvoir ou cherchant l’instant présent, regorge d’émotions et nous sensibilise dans notre for intérieur.  Une malédiction pour ses protagonistes… une bénédiction pour les lecteurs.

Le détail immaculé, les ténèbres illuminées, le rouge jaillissant telle une lame de sang. La vie & la mort circulant au ralenti, imprégnées d’une ambiance triste et envoûtante.

Une œuvre prestigieuse qui nous tétanise de bonheur à chaque page. La suite est royalement attendue au tournant !

Coq de Combat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :