Ce que font les gens normaux

Auteure : Hartley Lin
Éditeur : Dargaud
144 pages
Date de sortie :  18 janvier 2019
Genre : biographie, tranche de vie, introspection

« Tu es plus dans ton élément quand tu n’es pas entourée de gens. Tu préfères quand c’est calme, comme la nuit par exemple. C’est pas grave. T’as pas besoin de partager tout ce qui te traverse l’esprit avec le monde entier, et alors ? Ni d’être constamment au centre de l’attention pour être sûre que tu existes… qu’est ce que ça peut foutre ? Tu es quelqu’un de bien. ».

Présentation de l’éditeur :

Frances Scarland est une jeune assistante juridique qui fait ses premiers pas dans le monde de l’entreprise.

Entre difficultés personnelles et ambition professionnelle, on suit les angoisses et les interrogations de la jeune femme qui devra également composer avec son envahissante amie, Vicky, qui se rêve un destin d’actrice.

Chargée d’assister le mystérieux Castonguay, Frances se retrouve au centre de la politique de son cabinet et ne peut éviter les tâches harassantes, bizarres et parfois kafkaïennes de son travail.

Frances jette un regard subtil sur les angoisses du passage au fameux « âge adulte ».

 

Mon avis :

Frances, Frany pour les intimes, c’est vous, c’est moi… c’est mademoiselle tout le monde. Au fil des pages, on découvre que ce qui semble banal et ennuyeux de prime abord, c’est notre vie. Certes, nos existences ne sont pas calquées les unes sur les autres, le parcours est sans doute différent pour chacun, mais il y a ce « je ne sais quoi » qui se rappelle à notre bon souvenir en lisant « Ce que font les gens normaux ». Parce que sauf erreur, c’est ce que nous sommes. En théorie, en pratique… c’est une affaire personnelle.

Toutefois, alors que je bâillais aux corneilles durant les premières pages, je me suis ensuite surprise à réfléchir à ma propre vie, mes doutes, mes envies, mes espoirs, ma réalité, mes échecs… Parce que l’histoire de Frances, c’est ça. C’est tout ça réuni. Ce qui, finalement, en fait une bande-dessinée enrichissante à qui voudra la lire.

Sans titre 4

Même le dessin nous permet de mieux s’identifier aux « petits gens », contrairement aux gens d’une autre catégorie, qui gravitent dans des sphères à des milliers d’années lumières de nous tout en étant nos patrons, les actionnaires mystérieux, les acteurs célèbres, … les autres. Alors que Frany et son entourage sont dessinés de façon certes modeste, mais humain, la hiérarchie est différente. Ne fusse que ce fameux Castonguay pour qui Frany va travailler. Bien que ce dernier lui voue un intérêt professionnel, permettant à la jeune femme de gravir les échelons de la hiérarchie, son regard est vide, déshumanisé pour nous rappeler, sans doute que ce n’est pas nous.

Nous, nous sommes chaque employé, chaque personne qui critique, qui est dépassée par les événements, qui avance à contre-courant ou qui suit le troupeau. Puis il y a le cercle intime de Frances avec sa meilleure amie et Peter, le garçon que Frany aime apparemment.

« Ce que font les gens normaux » finalement, c’est un petit exemple de la vie de tout un chacun. Preuve que nous traversons tous des épreuves, des états d’âme, mais qu’au fond, nous avançons dans la vie, à notre manière, mais on avance quand même, encore et toujours.

 

ShayHlyn.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :