JOS, maudits soient-ils

Scénario : Olivier Petit
Dessin : Filippo Neri, Piero Ruggeri
Éditeur : Petit à Petit
64 pages
Date de sortie :  25 janvier 2019
Genre : Aventures, drame

Présentation de l’éditeur

Du mal peut naître un bien. 1917. Les hommes ne naissent pas tous égaux. Pour certains, c’est comme si le malheur s’était agrippé à eux dès leur naissance et ne voulait plus les lâcher. Comme la poisse. Pour ceux-là, la haine, l’injustice… Et au bout du chemin, la mort, au mieux. Au pire, le bagne dans la moiteur de la jungle, au-delà des mers, chez les damnés de la terre. Mais Jos ne veut pas mourir. Pas sans avoir remis son histoire à l’endroit. 1944.

PlancheA_357269

Mon avis

Joseph, dit Jos, est un bâtard, et c’est dur à assumer dans un petit village français du début du vingtième siècle. Aussi, lorsqu’il est arrêté pour le meurtre du bon curé du village, le père Vivien qui l’avait adopté, la vindicte populaire a tôt fait de le mener au bagne de Cayenne. Commence alors pour notre héros un périple qui lui fera connaître le secret de sa naissance et le nom de l’assassin pour le crime duquel il a été condamné.

jos 1

Le scénariste Olivier Petit nous propose un récit digne des meilleurs romans d’aventure – « Papillon » et Edmond Dantès ne sont pas loin – l’horreur du bagne de Cayenne, l’ignominie de l’être humain, les souffrances du héros et ses efforts pour rester en vie sont contés avec ferveur et sans temps morts car il faut du talent pour faire tenir une telle histoire en 60 pages. L’auteur se sert avec aisance du classique « flash back » et mêle les pages du présent du héros avec son passé traité comme des souvenirs dans sa tête. Les analogies entre les enseignements du père Vivien et ceux du bagnard nommé « la brute », la violence des détenus et les souvenirs de la tendresse de la fiancée restée au pays s’intercalent avec bonheur. Cependant, une impression de « déjà vu » arrive vite et gâche un peu le plaisir de l’aventure. Les dessinateurs Piero Ruggeri et Filippo Neri dessinent de façon très réaliste avec des couleurs claires baignant l’action dans un soleil ardent à Cayenne et plus terne en métropole comme si nous assistions à un film dans nos têtes.

Capture

Un beau récit d’aventures qui se lit avec plaisir mais ne révolutionne pas les codes du genre.

JR

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :