Les contes macabres volume 2

Dessin : Benjamin Lacombe
D’après l’œuvre d’Edgar Allan Poe, traduit par Charles Baudelaire
Éditeur : Soleil
Date de sortie : 28/11/2018
Genre : adaptation, graphique, fantastique, classique.

Amoureux de la littérature macabre d’Edgar Allan Poe, partisan de la prose de Charles Baudelaire et/ou admirateur du graphisme de Benjamin Lacombe : ce recueil est fait pour vous.

Présentation de l’éditeur :

Après le succès du premier opus, Benjamin Lacombe propose un nouvel hommage au maître du romantisme américain autour de la figure masculine et du fantastique.

L’influence d’Edgar Allan Poe dans le monde a été et demeure considérable : la critique contemporaine le situe parmi les plus remarquables écrivains de la littérature américaine du XIXe siècle, et ses nouvelles ont revêtu, au fil des ans, grand nombre de titres et d’aspects. Le premier volume des Contes macabres s’articulait autour de la vision de la femme et de la mort, tandis que ce second volume s’intéresse à celle de l’homme et du fantastique.

contesmacabres2-plaquettemdefsimu-2

Forte, pleutre, habitée par la mélancolie ou basculant dans la folie, la figure masculine selon Poe est complexe et, par là même, terriblement envoûtante. Benjamin Lacombe a sélectionné de nouveaux contes, parmi lesquels Manuscrit trouvé dans une bouteille ou Petite discussion avec une momie, et propose un nouveau voyage graphique, à la frontière du réel, dans les tréfonds de l’âme humaine.

Mon avis :

Edgar Allan Poe n’est certainement pas l’auteur le plus aisé à lire. D’autant que son traducteur (presque) attitré n’est autre qu’une autre grande figure de la littérature : Charles Baudelaire bien connu pour « Les fleurs du mal ». Ce dernier dira d’ailleurs de l’œuvre de son confrère américain : « Quelque-chose de profond et de miroitant comme le rêve, de mystérieux et de parfait comme le cristal ! Un vaste génie, profond comme le ciel et l’enfer ! »

C’est donc dans ces profondeurs, parfois abyssales, que nous plongeons pour la seconde fois avec le deuxième volume de « Les contes macabres » illustrés par Benjamin Lacombe. Un style inimitable qui jongle avec aisance entre les pages blanches comme la mort ou noires comme le néant, des personnages tantôt uniques pour rejoindre les textes de ses pères, tantôt ressemblant à de précédents protagonistes revus par notre talentueux artiste. Je pense notamment au jeune homme sur la double page 150-151 qui ressemble vaguement au héros dans Carmen.

66195-1

Mais c’est aussi et surtout, l’imagination torturée et noueuse de ces trois hommes réunis ensemble sous la plume de Benjamin Lacombe. Un style qu’on aime, reflet obscur de nos sentiments les plus sombres, ou qu’on n’aime pas justement parce qu’il tapit notre cœur d’une enveloppe sépulcrale, inquiétante et mystique. Des univers que Benjamin Lacombe ne cesse de revoir et revisiter pour non seulement dépoussiérer des ouvrages classiques, mais également pour laisser libre court à son imagination atypique que l’on retrouve également dans son œuvre « Curiosities ».

contesmacabres2-plaquettemdefsimu-3

Amoureux de la littérature macabre d’Edgar Allan Poe, partisan de la prose de Charles Baudelaire et/ou admirateur du graphisme de Benjamin Lacombe : ce recueil est fait pour vous.

ShayHlyn.

images

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :